Selon toute vraisemblance, la réunion des directeurs généraux de la LNH, demain à Toronto, sera le théâtre d'un autre débat visant à augmenter le nombre de buts marqués dans le circuit.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Il est loin d'être acquis que des mesures comme la taille de l'équipement des gardiens, ou encore la dimension des filets, rallieront suffisamment de dirigeants.

Mais à en juger par la réaction des gardiens du Canadien, ceux-ci n'ont aucune envie de faire les frais de nouvelles politiques.

«Nous avons notre mot à dire à ce sujet-là parce que ce sont nous qui arrêtons les rondelles», a indiqué Carey Price, qui n'est guère impressionné à l'idée que son équipement soit rétréci.

«J'invite ceux qui critiquent la grosseur de l'équipement des gardiens à venir faire face à des lancers, juste pour voir.

«Peu importe ce que pensent les dirigeants de la ligue, on va continuer de se faire frapper par des lancers. Veulent-ils qu'on aille se faire rapiécer après un simple entraînement d'équipe? C'est notre gagne-pain. Notre équipement doit être là pour nous protéger.»

L'arrivée des bâtons en composite, utilisés par des joueurs de plus en plus athlétiques, n'est pas de nature à rendre le métier de gardien plus sécuritaire.

«Les lancers sont de plus en plus puissants et le record du tir le plus rapide est battu à chaque année, rappelle Peter Budaj.

«Par ailleurs, de nos jours, les systèmes de jeu sont tellement évolués que les chances de marquer sont limitées. Réduire la taille de mes jambières n'aurait pas l'effet escompté.»

La moyenne de buts va en décroissant

La ligue se préoccupe du nombre décroissant de buts marqués depuis le lock-out de 2005-06. À l'époque, de nouveaux règlements avaient temporairement favorisé l'ouverture du jeu. L'équipement des gardiens avait également été réduit de 11%.

Mais la moyenne de 6,11 buts marqués par match lors de la saison 2005-06 n'a fait que dégringoler depuis. La présente campagne démontre un léger soubresaut de 5,43 buts/match (comparativement à 5,32 l'an dernier) mais rien qui ne suffise à calmer l'appétit des dirigeants.

«Je trouve que notre sport se porte très bien comme ça», soutient pourtant Carey Price.

Toutes sortes de solutions ont été lancées afin de pallier à ce «problème». Outre l'équipement des gardiens, on a entre autres évoqué l'idée de changer d'agrandir les filets.

«Cela dénaturerait le sport qu'on connaît depuis 100 ans», plaide cependant Peter Budaj.

Certains observateurs prônent que les alignements soient réduits de 20 à 18 joueurs de façon à laisser plus de place aux joueurs de talent. Mais la convention collective rend de tels changements impossibles pour les dix prochaines années.

«Ça fait longtemps qu'il est question d'aider à ce qu'il se marque plus de buts, convient Budaj. Ce n'est que mon opinion, mais si les victoires en temps réglementaire valaient davantage, les équipes se forceraient plus pour marquer des buts. Disons trois buts pour une victoire à la régulière et deux pour une victoire en prolongation. Cela ouvrirait assurément le jeu.

«Je sais que des gens diraient que certaines équipes prendraient trop d'avance au classement, mais ce n'est que la saison régulière. Tout cela ne compterait plus une fois rendu en séries.»

Le gardien slovaque devrait soumettre son idée à Marc Bergevin avant le départ de ce dernier pour Toronto...