Le Canadien amorce ce soir, face aux Capitals de Washington, la semaine la plus cruciale de sa saison. Trois victoires le replaceraient au plein coeur de la course, surtout qu'il doit affronter, en plus des Capitals, les Penguins de Pittsburgh et les Leafs de Toronto, deux autres équipes avec lesquelles il se bat pour une place en séries.

Publié le 18 janv. 2012
Marc Antoine Godin LA PRESSE

C'est la raison pour laquelle les défenseurs Josh Gorges et Hal Gill ont réitéré l'importance du moment présent au terme de l'entraînement matinal.

«C'est bon de voir des vétérans réitérer le message des entraîneurs», a mentionné Randy Cunneyworth, qui n'apportera aucun changement à sa formation en vue du match de ce soir.

«On doit former un groupe uni mais qui va s'en tenir au présent et qui ne regardera pas trop loin en avant.»

Le Tricolore a disputé l'un de ses meilleurs matchs de la saison, dimanche soir face aux Rangers de New York, mais il fait maintenant face à un défi qu'il a été incapable de relever depuis le début de la saison : être capable de bâtir quelque chose de durable à partir d'une bonne performance.

«C'est difficile d'expliquer pourquoi ça a été ainsi depuis le début du calendrier, a convenu Cunneyworth. Il y a peut-être eu un peu de complaisance. Or, il s'agit de dupliquer les efforts du match précédent. De s'assurer que tous les joueurs, et pas seulement quelques-uns, respectent notre système de jeu.

«Et il faut aussi être bien conscient de l'identité de notre adversaire. Ce soir, on affronte une équipe qui a perdu son dernier match, par blanchissage de surcroît, et qui va s'atteler très tôt à faire amende honorable.»

Le Canadien ne veut pas regarder trop en avant, mais il se retrouve dans une position où il doit commencer à espérer l'aide des autres formations pour améliorer son classement.

Ça tombe bien, a noté Mathieu Darche, il y en a eu hier!

«Les équipes derrière nous se sont rapprochées mais celles qui nous devancent n'ont pas creusé l'écart, a souligné le Québécois. Mais c'est clair que le match de ce soir est important: ou bien s'approche à six points du huitième rang, ou bien on recule à dix...

«Une chose est certaine, a ajouté Darche, on se doit d'en gagner et cesser d'en perdre une. Et il n'y a pas de meilleur moment pour corriger le tir en raison de nos adversaires lors des trois prochains matchs.»

Semaine déterminante, donc, qui pourrait donner un sursis au Canadien... ou le sortir complètement de la course.