Après s'être époumonés à crier chou! au terme des cinq défaites consécutives de leurs favoris au Centre Bell cette saison, les partisans du Canadien avaient de toute évidence hâte de célébrer.

François Gagnon LA PRESSE

Les chances de le faire aux dépens des gros, puissants et talentueux Flyers de Philadelphie semblaient bien minces lors de la mise en jeu initiale. Elles ont piqué du nez dès que Jaromir Jagr a donné les devants à son équipe.

Mais au fil des cinq buts sans riposte marqués par leurs favoris, les partisans ont pu retrouver le sourire. Quand ils ont entonné l'hymne national de la victoire en chantant le «Hey! Hey! GoodBye» avant de se lever d'un trait pour accorder une ovation debout à leur équipe, on se demandait sur la galerie de presse si cette victoire tant souhaitée, mais improbable, effaçait d'un coup tous les déboires du club.

Le Canadien n'est pas sorti de l'auberge. Pas encore. Mais cette victoire, arrachée contre un gros club, en revenant de l'arrière de surcroît ravivera la confiance de tout le monde.

À commencer par Carey Price.

Les statistiques du match indiquent qu'il a fait 21 arrêts aux dépens des Flyers pour gagner ce match. De ces 21 arrêts, cinq ou six tout au plus représentaient des défis de taille. Beaucoup moins que lors des matchs qu'il a perdus. Mieux protégé par des joueurs qui ne sont pas plus gros qu'ils ne l'étaient la semaine dernière, mais qui ont appliqué beaucoup mieux le système défensif qui l'a aidé à connaître sa saison de rêve l'an dernier, Carey Price a même été acclamé par des partisans qui commençaient à douter de lui.

Yannick Weber, avec son arme principale, a ramené le Canadien dans le match en fin de première avec un but en avantage numérique marqué à l'aide d'un puissant tir frappé. Une source de réjouissance et pour Weber et pour l'attaque massive qui a fait mouche dans deux matchs de suite. On ne rit plus...

Et que dire de Max Pacioretty. Blessé au poignet lors de la dernière rencontre, représentant un cas douteux, le meilleur joueur du Canadien depuis le début de la saison s'est distingué avec deux buts et trois points.

Pacioretty a donné le ton encore hier. Les autres ont suivi. Il sera intéressant de voir si ses coéquipiers lui rendront la politesse ce soir alors que Pacioretty croisera pour la première fois Zdeno Chara et les Bruins de Boston depuis l'assaut terrible dont il a été victime le 8 mars dernier.