Scott Gomez ratera au moins une semaine d'activité en raison d'une blessure à une épaule subie jeudi soir à Pittsburgh.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Le joueur de centre a subi vendredi un examen d'imagerie par résonance magnétique et, selon l'entraîneur Jacques Martin, les premiers résultats ne permettent pas de déterminer une durée d'absence précise.

Ce qui est acquis, toutefois, c'est que Gomez manquera au Tricolore lors d'une semaine particulièrement chargée au cours de laquelle l'équipe disputera quatre matchs en plus de celui de ce soir face aux Maple Leafs de Toronto. Il s'agit de rendez-vous face aux Panthers de la Floride, aux Flyers de Philadelphie ainsi que deux affrontements contre les Bruins de Boston.

Gomez a déjà raté six matchs en raison de diverses blessures depuis son arrivée à Montréal et le Tricolore présente une fiche de 1-3-2 lorsqu'il n'est pas en uniforme.

Petite fête pour Gill

Hal Gill sera honoré par le Canadien avant la rencontre afin de souligner son 1000e match dans la LNH. Une petite cérémonie à laquelle participeront les membres de sa famille est prévue avant la rencontre et autant l'équipe que la ligue lui remettront à cette occasion un petit cadeau.

«Je sais que ma famille est enthousiaste en vue de ce soir», a confié Gill, qui admet cependant avoir d'autres préoccupations en tête.

«Quand on ne gagne pas, on n'a pas de plaisir», a admis Gill, l'un des 12 joueurs du Canadien à sauter sur la glace pour l'entraînement matinal facultatif.

Nouvelles combinaisons en avantage numérique

Si Gill a franchi le cap des 1000 matchs, Michael Cammalleri, lui, en sera ce soir à sa 500e partie dans la LNH.

L'ailier de 28 ans dit se sentir plus à l'aise et il faut s'attendre à un match plus productif de sa part.

Dans l'espoir de trouver une solution à un avantage numérique anémique qui n'a produit que deux buts en 25 occasions, Jacques Martin a replacé Tomas Plekanec aux côtés de P.K. Subban à la pointe au sein de la première vague.

Trois ailiers se retrouveront à l'avant, soit Cammalleri, Brian Gionta et Mathieu Darche.

«Je ne l'avais pas réalisé, mais je devrais peut-être pratiquer un peu mes mises en jeu», a lancé Cammalleri, qui n'avait visiblement pas noté l'absence d'un joueur de centre sur l'attaque à cinq.

«Je présume que je prendrai les mises en jeu sur mon côté fort et Gio sur le sien», a-t-il ajouté.   

Avant la saison dernière, Cammalleri excellait au cercle de mise en jeu. Selon lui, c'est le manque de pratique qui a nui à son efficacité. Mais c'est à se demander si, en l'absence d'un véritable spécialiste des mises en jeu, le Canadien n'aurait pas avantage à utiliser un ailier comme lui pour prendre certaines mises en jeu.

Il faudrait certes que Cammalleri soit séparé de Plekanec pour que cela se produise. Mais chez les Leafs, on voit souvent David Steckel prendre des mises en jeu même s'il est surtout employé une fois que le jeu est en cours.

À noter que la deuxième unité d'attaque massive sera composée de David Desharnais, Max Pacioretty, Andrei Kostitsyn, Yannick Weber et Raphael Diaz.

«Au lieu de tenter des jeux profondément dans la zone, on n'a plus le choix de prendre des lancers», a constaté Desharnais à propos des difficultés de son équipe avec l'avantage d'un homme.