(Los Angeles) Poser un genou à terre pendant l’hymne national est un « manque de respect vis à vis du drapeau » des États-Unis a estimé mercredi Drew Brees, la star NFL des Saints de la Nouvelle-Orléans, vivement critiqué pour cette position notamment par LeBron James.

Agence France-Presse

« Je ne serai jamais d’accord avec quiconque ne respecte pas le drapeau des États-Unis d’Amérique ou notre pays. Quand je regarde le drapeau, j’imagine mes deux grands-pères, qui ont combattu pour ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Brees. Le joueur était interrogé par Yahoo.com sur la perspective de voir ce geste réapparaître dans le football américain, étant donné le contexte brûlant de la mort de George Floyd et des violences policières racistes qui gangrènent son pays.

Ces derniers jours, de nombreux athlètes ont exprimé leur soutien à l’ancien quart-arrière Colin Kaepernick, qui avait déclenché la controverse en 2016 en lançant ce mouvement de protestation. Cela lui a valu d’être traité de « fils de pute » par Donald Trump et de se retrouver sans club à la fin de son contrat avec les 49ers de San Francisco. En d’autres termes, blacklisté.

Ces trois dernières années le genou à terre a disparu en NFL. Mais la mort de Floyd, après qu’un policier blanc eut appuyé un genou contre son cou pendant plus de huit minutes la semaine dernière à Minneapolis a ravivé la colère.  

« Tout va bien avec notre pays en ce moment ? Non, ce n’est pas le cas. Nous avons encore un long chemin à parcourir. Mais je pense que le fait de se tenir debout et de respecter le drapeau avec sa main sur son cœur, c’est faire montre d’unité », a encore argué Brees, un des plus grands joueurs de l’histoire de la NFL, recordman du nombre de yards parcourus à la passe.

« Honteux »

Des mots, qui n’ont pas du tout plu à LeBron James. « WOW MEC ! ! Tu ne comprends toujours pas pourquoi Kap s’était agenouillé ? Ca n’a absolument rien à voir avec le manque de respect envers le (drapeau) et nos soldats », a tweeté la superstar des Lakers.

Le receveur Michael Thomas, coéquipier de Brees chez les Saints, a aussi déploré sa « méconnaissance », ajoutant : « on s’en fiche que tu ne sois pas d’accord ou que quiconque ne soit pas d’accord à ce sujet ».

Les jumeaux Devin et Jason McCourty, qui évoluent aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, ont qualifié les commentaires de Brees de « honteux ».

« Tu parles de tes grands-pères comme s’il n’y avait pas eu d’hommes noirs qui se sont battus à leurs côtés. Ces hommes sont ensuite rentrés dans un pays qui les détestait. N’essaie pas d’éviter le problème », ont-ils tweeté.  

Autre quart-arrière star de la ligue, celui des Packers de Green Bay, Aaron Rodgers n’a pas nommément cité Brees dans son message posté sur Instagram, mais a tenu à affirmer qu’« il n’a JAMAIS été question d’un hymne ou d’un drapeau. Pas à ce moment-là. Pas maintenant ».

« Il faut écouter le cœur ouvert, nous éduquer, puis transformer la parole et la pensée en actes », a-t-il appelé.

Les propos de Brees sont survenus après l’hommage rendu par l’entraîneur des Seahawks de Seattle Pete Carroll à l’endroit de Kaepernick, estimant que la société lui « doit énormément » pour avoir pris position contre la brutalité policière et l’injustice raciale.