Laurent Duvernay-Tardif vient de gagner le Super Bowl. Sa sécurité financière est assurée à vie grâce au salaire qu’il touche en tant que joueur dans la NFL. Il aurait bien des raisons de rester tranquille à la maison en temps de crise.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Mais ce serait mal connaître cet homme aux mille et un projets.

Duvernay-Tardif est détenteur d’un doctorat en médecine et il voulait offrir son aide au réseau de la santé en ces temps de pandémie. Sa demande n’est pas restée lettre morte.

En toute discrétion, Duvernay-Tardif a commencé à travailler dans un CHSLD de la Montérégie, a appris La Presse dimanche. Comme il n’a pas publicisé la démarche, La Presse a volontairement tu le nom de l’établissement où il œuvre. Il s’agit toutefois d’un établissement qui a été relativement épargné par la COVID-19, avec très peu de cas déclarés.

Le joueur de ligne offensive des Chiefs de Kansas City est affecté à des tâches de préposé aux bénéficiaires et d’infirmier. Il a effectué son premier quart de travail vendredi, une journée surtout consacrée à la formation. Des témoins sur place l’ont notamment vu changer des culottes jetables et distribuer des repas, comme le font les préposés.

Il a été impossible de rejoindre Duvernay-Tardif. L’athlète de 29 ans s’était toutefois adressé aux médias il y a trois semaines. Il disait alors aider en agissant comme « courroie de transmission » pour les recommandations des autorités de la santé publique, à défaut de pouvoir travailler sur le terrain. Mais il ne souhaitait clairement pas rester éternellement sur les lignes de côté…

« Ma plus-value en ce moment n’est donc pas très grande, mais c’est sûr que s’il y a un besoin et qu’on me demande d’aider, je vais le faire, avait-il dit aux médias. Pour l’instant, les gens avec lesquels on communique presque quotidiennement nous disent que la meilleure façon de m’impliquer, c’est d’être une courroie de transmission au niveau médiatique pour passer le message.

« Dès le jour 1 lorsqu’on est revenus [NDLR : de vacances dans les Antilles], on s’est mis en isolation et j’ai commencé à ouvrir des lignes de communication avec les autorités de la santé publique et avec le ministère de la Santé pour voir comment je pouvais aider, et quelle serait la meilleure façon de le faire. »

L’initiative de Duvernay-Tardif s’ajoute à celle d’autres athlètes formés pour travailler en santé et qui ont prêté main-forte au réseau. L’ancienne patineuse artistique Joannie Rochette, récemment diplômée en médecine à l’Université McGill, a confié au collègue Luc Gélinas qu’elle avait envoyé sa demande afin de pouvoir travailler dans des CHSLD. La boxeuse Kim Clavel a quant à elle travaillé comme infirmière pour le compte de l’Agence de placement infirmier Premier soin.

Il y a deux semaines, le premier ministre du Québec, François Legault, avait parlé d’une « urgence nationale » dans les CHSLD. « Les médecins ont quand même une formation, ils pourraient nous aider à faire des tâches. On a besoin idéalement de 2000 médecins qui viennent laver le monde, nourrir les patients. Qu’ils viennent faire le travail des infirmières. On trouvera le moyen de les rémunérer », avait lancé M. Legault.