En plus des conditions météorologiques difficiles, Guillaume Boivin (Israël Start-Up Nation) a dû surmonter un problème mécanique, mardi, à la Bretagne Classic Ouest-France disputée à Plouay. L’Australien Michael Matthews (Sunweb) s’est imposé en coiffant au sprint le Slovène Luka Mezgec (Mitchelton-Scott).

Agence Sportcom

Malgré ses ennuis, Boivin s’est classé 45e à 27 secondes de l’Australien. Le Belge Jenthe Biermans a été le meilleur coéquipier de Boivin alors qu’il a fini au 27e rang (+5 secondes) de cette épreuve de 245 kilomètres.

« C’est une course vraiment dure avec la pluie et beaucoup de vent dans les petites routes. Je me sentais super bien, mais malheureusement, j’ai eu des problèmes mécaniques (un problème de freins) à un moment où ça roulait à bloc, a expliqué le Montréalais. J’ai dû changer de vélo et ça m’a pris 35 kilomètres pour rentrer (dans le peloton) et j’ai laissé vraiment beaucoup de cartouches. Une fois au sommet de la dernière bosse, à 2 kilomètres de l’arrivée, j’ai sauté ! »

Tout juste avant cet incident, une chute est survenue dans le peloton, ce qui a eu pour effet de désorganiser la caravane des voitures suiveuses. Si la caravane avait été plus compacte, Boivin aurait pu profiter de l’effet d’aspiration derrière les voitures pour l’aider à revenir sur la tête de course. Il y est parvenu, mais au prix d’un gros effort.

« Honnêtement, je ne pensais pas que j’allais revenir. Je me sentais quand même bien après, mais les jambes ont flanché dans le final. Il m’en manquait peu. Je l’ai payé cash ! »

Boivin se dirigera maintenant au sud de la France, plus précisément à Nice, où sera donné le départ du Tour de France samedi. À titre de premier réserviste chez Israël Start-Up Nation, il devra entrer dans la « bulle sanitaire », au cas où un de ses coéquipiers ne pourrait pas s’élancer samedi.

« Ça va quand même me briser le cœur un peu quand même », a conclu celui qui a participé aux deux autres grands tours nationaux.

Deignan, pour une troisième fois

Plus tôt dans la journée, à l’épreuve féminine du Grand Prix de Plouay, la Britannique Elizabeth Deignan (Trek-Segafredo) a eu raison de sa compatriote Elizabeth Banks (Paule Ka) au sprint final. Deignan, championne du monde 2015, remporte ainsi son troisième Grand Prix de Plouay après s’être imposée en 2015 et 2017.

Karol-Ann Canuel (Boels-Dolmans), de Gatineau, a fini 53e et a terminé dans le premier peloton qui a franchi l’arrivée avec un retard de 1 min 13 s sur les deux premières.

« Vent, pluie et de bonne heure le matin ! a résumé Canuel. Pas ma meilleure course, mais ç’a bien été en général. Il y a eu une chute et cela a brisé le peloton en deux. Je pense que la course s’est jouée à ce moment, puisque c’est là que l’échappée s’est formée. »

La Sherbrookoise Magdeleine Vallières (WCC) a conclu en 65e à un peu moins de 6 minutes de Deignan.