Les deux premières séances d'essais libres disputées de nuit se sont déroulées sans aucun souci vendredi dans le cadre du Grand Prix de Formule 1 de Singapour et Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) a réussi le meilleur temps absolu de la soirée.

Marc-Antoine Baudoux AGENCE FRANCE-PRESSE

Pour la première fois de l'histoire, des F1 ont donc couru de nuit, mais la piste est très bien éclairée et tous les pilotes ont affirmé que cela ne les dérangeait pas.

Sébastien Bourdais (Toro Rosso), qui est pourtant le seul pilote du plateau à courir avec des lunettes, n'éprouvait ainsi aucun souci: «Il n'y a rien à dire sur l'éclairage, j'avais même mis une visière un peu fumée, déclarait le Français, 14e temps des deux sessions du jour. J'ai quand même mis des lunettes avec des verres jaunes spéciaux pour la nuit, qui améliorent les contrastes, mais la nuit n'est pas un facteur important».

«Cela va être un grand spectacle, acquiesçait Nico Rosberg (Williams), sixième et cinquième temps des deux séances du jour. Il y avait déjà beaucoup de spectateurs aujourd'hui. Quand on passe, on voit les flashes des appareils photos, c'est assez sympa et à la télé je crois que les images rendent vraiment bien.»

Emblématiques

Vu d'hélicoptère, ce ruban lumineux qui serpente à travers la ville est en effet magnifique. Les monuments en bord de piste sont bien mis en lumière, comme la mairie et son dôme caractéristique, et plusieurs endroits du circuit sont emblématiques. Le petit pont, très étroit, ou la grande roue située juste avant la ligne droite des stands sont ainsi deux points marquants.

En revanche, les pilotes étaient tous marqués par les efforts consentis au volant. La chaleur et un tracé exigeant ne leur laissent aucun répit.

«C'est un des circuits les plus physiques de la saison, il fait chaud et ça tourne tout le temps, il n'y a pas vraiment d'endroits pour respirer, reprenait Nico Rosberg. En plus il y a beaucoup de bosses, c'est assez extrême.»

Plusieurs pilotes ont en effet perdu le contrôle de leur voiture et la principale victime du jour a été Mark Webber, qui a terminé sa course dans une barrière de sécurité lors de la première séance après seulement une demi-heure.

«C'est de ma faute, j'ai freiné trop tard et j'ai percuté le mur, regrettait l'Australien. Cela m'a fait perdre pas mal de temps aujourd'hui, c'est dommage.»

Guerre des chefs

Webber a en effet perdu les deux-tiers de la première séance et comme les deux sessions du jour n'étaient espacées que d'une heure, au lieu de deux habituellement, ses mécaniciens n'avaient pas fini leurs réparations quand la seconde séance a débuté. Il a encore perdu plus d'une heure.

L'Australien s'est classé dernier de la première séance et 11e de la seconde, bouclant un total de 19 tours quand son coéquipier David Coulthard en a effectué 54. Assez ennuyeux sur un nouveau circuit que tout le monde s'est appliqué à découvrir.

Par ailleurs, la guerre des chefs s'est poursuivie entre Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) et Felipe Massa (Ferrari). Le Britannique ne compte qu'un point d'avance au championnat et, encore une fois, les deux hommes ne se sont pas quittés vendredi: si Hamilton a réussi le tout meilleur temps dans la première séance, Massa était sur ses talons, deuxième à 080/1000e de seconde.

Fernando Alonso (Renault) a ensuite fixé la meilleure marque de la deuxième séance, juste devant Hamilton et... Massa, encore plus près, à 041/1000e de seconde.

«C'est très physique, beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais, estimait Hamilton. Vous devez vraiment vous battre au volant pour sortir un bon tour. Je dirais qu'il faut deux fois plus d'énergie qu'à Monaco pour boucler un tour. Un tour ici équivaut à deux tours à Monaco.»