Lance Armstrong a demandé à un juge fédéral d'invalider une poursuite du Département de la Justice américain contre lui en vertu de la loi interdisant l'altération ou l'allégation fallacieuse, estimant que les accusations sont chapeautées par la loi sur la prescription.

ASSOCIATED PRESS

Dans le document déposé en cour mardi, les avocats du cycliste déchu ont aussi indiqué que le Service postal américain, qui commanditait l'équipe d'Armstrong, avait obtenu exactement ce qu'il voulait - c'est-à-dire des dizaines de millions de dollars en revenus publicitaires.

Le Département de la Justice américain avait appuyé plus tôt cette année la poursuite de son ex-coéquipier Floyd Landis contre lui. Le gouvernement allègue que Armstrong a rompu son contrat avec le Service postal américain et a été «injustement enrichi» tandis qu'il trichait pour remporter le Tour de France.

En janvier, Armstrong a admis s'être dopé après avoir répété pendant de nombreuses années qu'il n'avait jamais consommé de drogues de performance.