À pareille date l'an dernier, Dominique Rollin a créé une petite commotion au Tour de Californie en remportant une étape, ainsi que le maillot vert, celui du meilleur sprinteur du tour. Son nom s'est vite mis à circuler au sein des grandes équipes européennes.

Nicolas Bérubé LA PRESSE

Rollin a finalement signé un contrat d'un an avec Cervélo TestTeam. Il s'apprête aujourd'hui à entamer son deuxième Tour de Californie, et sa première compétition officielle dans les couleurs de sa nouvelle équipe.

 

«L'an dernier, c'est clair que ma performance a été remarquée, explique en entrevue le Bouchervillois de 26 ans. Ça a changé la trajectoire de ma carrière.»

Peu après Noël, Dominique Rollin s'est envolé pour le Portugal, où l'équipe tient son camp d'entraînement. Ça a été son premier contact avec ses coéquipiers, dont un certain Carlos Sastre, vainqueur du Tour de France en 2008.

«On commence à se connaître. La chimie est bonne. Je commence à trouver ma place. L'équipe est jeune, c'est la première année, alors c'est normal que les gars doivent s'ajuster.»

Certains de ses coéquipiers sont allés courir en Malaisie et au Tour du Qatar, mais Rollin a plutôt poursuivi son entraînement en vue du Tour de Californie, qui débute ce matin à Sacramento (voir plus bas).

La transition dans l'univers des équipes européennes s'est bien déroulée, note Rollin, qui a déjà plus de 6000 kilomètres dans les jambes depuis le mois de décembre.

«Aux États-Unis, les étapes sont de 180 kilomètres maximum, alors qu'en Europe elles tournent autour de 250-270 kilomètres. J'ai dû travailler fort, et passer beaucoup de temps sur mon vélo pour améliorer mon endurance. Ça fait de grosses journées d'entraînement, mais ça donne de bons résultats. Je suis content de mon adaptation.»

Cette année, Rollin espère être à la hauteur des attentes de son équipe. Chose certaine: il ne sera pas le meilleur sprinteur du tour. Et cela n'a rien à voir avec son entraînement.

«Je ne vise pas le maillot vert. Ce n'est pas moi le sprinteur principal de l'équipe. Mon rôle est d'être un bon coéquipier. D'être là quand ça compte.»

Après le Tour de Californie, Rollin ira courir en Italie, pour la Tirreno Adriatico. Sa participation aux grandes courses européennes, comme le Tour de France ou le Giro d'Italie, sera décidée plus tard, dit-il.

«C'est certain que j'aimerais aller aux giros... On verra. Les décisions n'ont pas encore été prises, on ne sait pas qui dans l'équipe y va ou non.»

Pour 2009, son objectif est de trouver sa place au sein de l'équipe, de manière à ce que son contrat avec Cervélo TestTeam soit reconduit à la fin de l'année.

«Pour l'instant, je travaille fort et je suis aussi professionnel que possible. On verra où tout ça va mener.»