Trois suggestions de jeux de société à découvrir en famille, en groupe ou en couple

Publié le 10 mai
Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse
Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

Archipirata

Le Baron noir a été capturé, mais il refuse de dévoiler où se cache son trésor. Chose certaine, les coffres sont enfouis dans l’archipel flottant de Kran… Et plusieurs flibustiers se sont lancés à leur recherche.

Malgré sa thématique qui peut sembler enfantine, ce jeu imaginé et fabriqué au Québec est diablement intelligent. Pas que les règles soient compliquées, non, mais pour espérer l’emporter, il faut une solide stratégie où chaque coup est planifié quelques tours à l’avance. Sinon, c’est la catastrophe assurée ! On doit aussi toujours avoir son adversaire à l’œil ; profiter des bons coups du hasard aussi un peu… Le jeu de base est déjà plaisant et complet, mais il peut se complexifier un brin avec l’ajout de cartes qui donnent un pouvoir unique au joueur.

Archipirata peut se jouer à deux ou à quatre personnes, mais on vous conseille fortement d’en faire l’expérience en duo. L’intérêt s’étiole à quatre joueurs. Cela dit, ce jeu reste l’une de nos belles découvertes du moment ! Seul hic : il est difficile à trouver sur les tablettes des grands détaillants, mais peut se commander en ligne sur le site des Éditions Momentum.

Nombre de joueurs : 2 ou 4
Âge : 14 ans et plus
Durée : 30 minutes
Niveau de difficulté : intermédiaire
Auteur : Julien Avy
Éditeur : Picto éditions
Prix : 35 $

L’Assemblée des Vilains

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

L’Assemblée des Vilains, variante du jeu Loups-Garous de Thiercelieux

Voici une astucieuse variante du jeu Loups-Garous de Thiercelieux, construite cette fois autour des vilains de Disney. Les villageois et les loups-garous sont remplacés ici par ces grands méchants que l’on adore, qui luttent pour prendre le contrôle du royaume sombre et dévasté d’où ils ont tous été bannis. Certains sont loyaux au pouvoir en place, d’autres sont des traîtres qui veulent usurper le trône. Chaque nuit, les traîtres tentent d’éliminer les loyaux qui, eux, essaient de démasquer les filous en passant au vote le matin venu. Mais contrairement au jeu traditionnel, tous les joueurs se voient attribuer un personnage visible de tous, soit des grands méchants aux pouvoirs uniques et leurs acolytes. Ces acolytes n’ont toutefois pas nécessairement le même alignement que leurs patrons, ils doivent faire attention quand vient le temps de dénoncer, car s’ils votent pour faire éliminer leur chef et que ce dernier est loyal, ils sont éliminés eux aussi !

L’Assemblée des Vilains offre donc davantage de dimensions que le jeu original ; il faut toutefois s’assurer que tous les joueurs connaissent bien les pouvoirs de tous les grands méchants – c’est le rôle du maître de jeu d’assurer le bon déroulement de la partie. Si l’on se fie aux joyeuses discussions qui ont accompagné les comptes rendus spontanés à la fin des deux parties jouées avec les grands-parents, parents, cousines et cousins, cette nouvelle version des Loups-Garous sera très populaire. Au point de déloger le classique ? À voir !

Nombre de joueurs : de 6 à 12
Âge : 10 ans et plus
Durée : 30 minutes
Niveau de difficulté : facile
Auteurs : Phillipe de Pallières et Hervé Marly, adapté par l’Atelier Libellud
Éditeur : Zygomatic/Asmodée
Prix : 20 $

Fous à lier

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le jeu de société Fous à lier

Réinventer le jeu de mime est-il une mission impossible ? Pas pour la bande de Synapses Games, un éditeur québécois de plus en plus actif dans l’univers du jeu de société. Avec Fous à lier, les joueurs ne doivent pas mimer un mot à deviner, mais plusieurs pictogrammes qui, une fois reliés entre eux sur la planche de jeu, formeront la silhouette du mot-mystère.

Par exemple, pour faire deviner le mot carotte, le dessinateur va tracer une carotte en reliant plusieurs petites icônes sur sa planche secrète : un chien, un sabre, une clé, une baleine… Il devra ensuite mimer chacun de ses concepts pour que ses coéquipiers tracent à leur tour le dessin d’une carotte dans leur carnet. Résultat : les mimes s’enchaînent à la vitesse grand V, ce qui ne manque pas de provoquer son lot de rires. Un jeu d’ambiance simple et efficace ; on aime.

Nombre de joueurs : de 4 à 8
Âge : 10 ans et plus
Durée : 20 minutes
Niveau de difficulté : facile
Auteurs : Jay Cormier et Chase Disher
Éditeur : Synapses Games
Prix : 35 $