Trois mois après avoir donné naissance à ses jumeaux, la mannequin Ashley Graham a enflammé Instagram, lundi, en publiant des photos d’elle vêtue seulement d’une petite culotte. « Salut, nouveau ventre. Nous avons vécu beaucoup de choses. Merci », a-t-elle écrit pour accompagner cette série d’images sur lesquelles elle ne cache ni ses vergetures ni son ventre flasque.

Publié le 27 avril
Véronique Larocque
Véronique Larocque La Presse

En 24 heures, plus de 900 000 personnes ont aimé la publication d’Ashley Graham. Si la photo fait autant réagir, c’est qu’il est assez rare que de nouvelles mères osent exposer ainsi leur corps métamorphosé par l’arrivée de leur bébé. « Combien de mamans vont aller à la plage ou à la piscine et vont se sentir obligées de cacher leur ventre ? », donne à titre d’exemple la psychologue Lory Zephyr.

« Il y a une pression à retrouver un corps indemne après l’accouchement », note Charlotte Gamache, psychologue et fondatrice de la plateforme numérique Meilleurs jours, qui vise à aider toutes les femmes à faire la paix avec leur corps.

Les réseaux sociaux pullulent d’images de nouvelles mamans qui ont rapidement retrouvé leur ventre plat. Un exemple ? Le mot-clic #postpartumbody renvoie à bien plus d’images de femmes à l’entraînement que de vergetures.

Si tu ne retrouves pas ton corps d’avant, il y a une notion d’échec.

Charlotte Gamache, psychologue et fondatrice de la plateforme numérique Meilleurs jours

« La très grande majorité des femmes que j’ai suivies en post-partum voyaient des changements corporels et avaient du mal à les accepter. Ça fait partie des défis de la maternité », ajoute la psychologue.

Normaliser les transformations

Selon les deux spécialistes consultées par La Presse, des photos comme celles qu’Ashley Graham a montrées à ses quelque 18 millions d’abonnés aident à normaliser le corps de la femme transformé par la maternité.

« Je pense qu’on a besoin de voir ces images-là. […] On a besoin de déconstruire cet idéal qu’on cherche à atteindre après l’accouchement », indique Charlotte Gamache.

  • Ashley Graham est suivie par près de 18 millions d’abonnés.

    PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM D’ASHLEY GRAHAM

    Ashley Graham est suivie par près de 18 millions d’abonnés.

  • L’une des photos que la mannequin a publiées lundi sur Instagram

    PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM D’ASHLEY GRAHAM

    L’une des photos que la mannequin a publiées lundi sur Instagram

1/2
  •  
  •  

Lory Zephyr souligne que de telles images permettent aux mères de réaliser qu’elles ne sont pas seules à avoir des vergetures ou à ne pas avoir retrouvé leur cardio quelques mois après l’accouchement. « C’est validant pour les mamans », dit la cofondatrice de la plateforme Ça va maman ?

Sous la publication d’Ashley Graham, les témoignages en ce sens sont d’ailleurs nombreux : « La transparence dont tu fais preuve au sujet de ton corps aide tellement de personnes. » « Merci de montrer la réalité liée au fait de porter des bébés d’une si belle façon. » « Tu as tellement raison. Je dois être fière de mes vergetures. »

Apprivoiser son corps

La route vers l’acceptation de soi est cependant parfois ardue. Quels conseils donneriez-vous à une nouvelle maman complexée par son nouveau corps ?

« La première chose que je lui dirais, surtout si l’accouchement est très récent, c’est : laisse le temps au temps », répond Charlotte Gamache.

Elle suggère aussi d’en parler avec d’autres mères. Selon elle, cela peut permettre de se sentir « plus normale ».

« Je pense que c’est aussi important d’essayer de s’enlever de la pression », ajoute-t-elle, en soulignant que les mères essayent souvent de porter beaucoup de casquettes à la fois. Parfois trop.

« C’est plus sain de s’attarder à ce que le corps peut faire et non simplement à ce à quoi il ressemble », avance pour sa part Lory Zephyr. Car, après tout, le corps d’une nouvelle maman, c’est un corps qui a donné la vie, et ça, c’est plus qu’impressionnant.