(Bordeaux) « Je suis allergique » au gluten, au poisson, aux œufs… Pour alerter sur les allergies dont souffre un bébé ou un enfant, un Bordelais vient d’inventer une ligne de bodies et t-shirts signalant les intolérances, sous forme de pastilles qu’on peut personnaliser.

Agence France-Presse

Les vêtements, avec également des pulls et des sweatshirts, « affichent clairement les allergies de l’enfant qui n’est pas toujours capable d’expliquer de quoi il souffre », dit à l’AFP Flavien Brizard, créateur d’ALRJ et habitant Cenon, dans la banlieue de Bordeaux.

« Mon fils de 6 ans souffre de sévères allergies alimentaires et je cherchais un moyen de mieux le protéger lorsqu’il n’est pas à la maison », explique l’entrepreneur, qui a lancé sa marque après avoir perdu son emploi dans le secteur des séjours linguistiques à cause de la COVID-19.

Une cinquantaine de modèles allant jusqu’à 14 ans sont disponibles en ligne depuis mars dernier. Toutes les encres utilisées sont naturelles et le coton des vêtements biologique, précise-t-il.

À côté d’un décor d’animal ou de la phrase « je suis allergique », des pastilles stylisant le type d’allergie — un épi de blé, un crustacé, etc. — signale l’intolérance.

PHOTO THIBAUD MORITZ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Une cinquantaine de modèles allant jusqu’à 14 ans sont disponibles en ligne depuis mars dernier. Toutes les encres utilisées sont naturelles et le coton des vêtements biologique.

M. Brizard s’est d’abord basé sur les 14 allergènes majeurs référencés au niveau européen, mais a vite élargi la gamme. « Je crée de nouveaux logos à la demande, car je me suis rendu compte de la variété des allergies alimentaires existantes », dit-il.

Le site internet d’ALRJ centralise aussi de nombreuses informations préventives sur les allergies alimentaires les plus répandues.

Consultez le site internet d’ALRJ

« Des allergologues me contactent parfois pour compléter et préciser certaines informations disponibles sur le site », ajoute-t-il.

Selon l’agence nationale Anses (sécurité sanitaire et alimentation), 1,2 million d’enfants souffrent d’une allergie alimentaire et 90 % des accidents, parfois mortels, interviennent en dehors du cadre familial (cantine, école, goûters d’anniversaire, etc.).