Niché sur les hauteurs de Sainte-Agathe-des-Monts, l’ancien château Belvoir, renommé Manoir Davis en hommage à son premier propriétaire, le philanthrope canadien sir Mortimer Barnett Davis, connaît un nouvel élan grâce à des rénovations majeures dans le but d’offrir des séjours et des évènements de rêve entre passé et présent.

Publié le 9 avril
Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Collaboration spéciale

Les recherches hasardeuses mènent parfois à des projets extraordinaires, comme en témoigne Louis Lespérance, qui a acquis avec sa famille cette demeure d’exception au début de 2021. « On est tombé sur ce lieu unique en regardant des annonces sur Centris et on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. Honnêtement, j’étais quand même un peu réticent avant de le voir vraiment, mais une fois sur place, c’était clair que je devais l’acheter », se souvient le jeune avocat, qui a vu une belle occasion d’élaborer un projet prestigieux de « retraite corporative » et de festivités familiales, tout en revalorisant le patrimoine.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Louis Lespérance, copropriétaire du Manoir Davis

Faire revivre des propriétés patrimoniales négligées en les rénovant afin de faire vivre des pages d’histoire avec le public est d’ailleurs devenu un modèle d’affaires pour Louis Lespérance, qui a acquis quelques mois plus tard le Manoir Maplewood, à Waterloo.

Lisez notre reportage « Un manoir riche d’histoire »

Résidence secondaire de sir Mortimer Barnett Davis, le château de Sainte-Agathe-des-Monts a été édifié vers 1910. « C’était un homme d’affaires juif extrêmement influent, président d’Imperial Tobacco, qu’on surnommait Tobacco King. Il a légué une majeure partie de sa fortune pour construire l’Hôpital général juif de Montréal, où je suis d’ailleurs né », raconte M. Lespérance.

L’histoire du Manoir après le mort de sir Davis, en 1928, demeure floue.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

L’élégant escalier mène aux huit chambres réparties sur deux niveaux. Chaque espace est meublé avec soin, comme dans une maison de famille. Dans l’entrée, les fauteuils invitent à une pause.

Des promoteurs ont essayé de faire quelque chose dans les années 1990, puis au tournant du nouveau millénaire, mais ça n’a pas vraiment marché. Quand je l’ai acheté, la dame qui y habitait avait fait des travaux colossaux sur l’enveloppe, mais il restait beaucoup à faire à l’intérieur.

Louis Lespérance, l’un des propriétaires du manoir

« Nous voulions que les rénovations mettent en valeur la splendeur des pièces, tout en créant un environnement au confort moderne », explique Louis Lespérance. Par exemple, la cuisine affiche un design actuel, mais la couleur anthracite de ses armoires rappelle la teinte de la pierre extérieure.

Un esprit « maison de famille »

  • Les moulures, les ornements ainsi que la forme cintrée des fenêtres et des portes caractérisent l’esprit ancien de la propriété.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Les moulures, les ornements ainsi que la forme cintrée des fenêtres et des portes caractérisent l’esprit ancien de la propriété.

  • Cette grande pièce se compose d’une zone séjour-télé décontractée et d’un salon plus formel propice à la détente au coin du feu. Le manteau de foyer est habillé d’une pierre identique à celle de la façade.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Cette grande pièce se compose d’une zone séjour-télé décontractée et d’un salon plus formel propice à la détente au coin du feu. Le manteau de foyer est habillé d’une pierre identique à celle de la façade.

  • Les repas peuvent être pris dans l’immense salle à manger ou dans le solarium voisin.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Les repas peuvent être pris dans l’immense salle à manger ou dans le solarium voisin.

  • Une armoire et un bougeoir mural anciens cohabitent sans fausse note avec la cuisine contemporaine. Déclinée en gris, cette dernière est réchauffée par de discrètes poignées dorées, des tabourets à l’assise colorée et un plancher de bois.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Une armoire et un bougeoir mural anciens cohabitent sans fausse note avec la cuisine contemporaine. Déclinée en gris, cette dernière est réchauffée par de discrètes poignées dorées, des tabourets à l’assise colorée et un plancher de bois.

  • Petits tapis, appliques lumineuses raffinées et consoles en bois travaillé animent le couloir du deuxième étage qui dessert six chambres.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Petits tapis, appliques lumineuses raffinées et consoles en bois travaillé animent le couloir du deuxième étage qui dessert six chambres.

  • La Davis, ou chambre principale, bénéficie d’un foyer, d’un grand walk-in et d’une terrasse privée.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La Davis, ou chambre principale, bénéficie d’un foyer, d’un grand walk-in et d’une terrasse privée.

  • Une alcôve procure beaucoup de charme à la chambre Sereine.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Une alcôve procure beaucoup de charme à la chambre Sereine.

  • La salle de bains attenante à la chambre Sereine est dotée d’une baignoire sur pattes et d’une douche. Son plancher se distingue par un motif de cabochons.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La salle de bains attenante à la chambre Sereine est dotée d’une baignoire sur pattes et d’une douche. Son plancher se distingue par un motif de cabochons.

  • La Suite familiale composée de deux chambres se trouve au dernier étage. Les poutres dégagées lui donnent un cachet spécifique.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La Suite familiale composée de deux chambres se trouve au dernier étage. Les poutres dégagées lui donnent un cachet spécifique.

  • Cette salle de bains est réservée aux occupants de la Suite familiale.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Cette salle de bains est réservée aux occupants de la Suite familiale.

  • Dénichés par Louise Poissant, la mère de Louis Lespérance, ces moules réalisés pour le dépôt d’un brevet de cigares illustrent bien le passé du propriétaire d’origine, surnommé « Tobacco King ». Mme Poissant et sa belle-sœur Lucie Major recherchent actuellement des documents historiques pour compléter ce mur d’exposition.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Dénichés par Louise Poissant, la mère de Louis Lespérance, ces moules réalisés pour le dépôt d’un brevet de cigares illustrent bien le passé du propriétaire d’origine, surnommé « Tobacco King ». Mme Poissant et sa belle-sœur Lucie Major recherchent actuellement des documents historiques pour compléter ce mur d’exposition.

1/11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs membres de la famille ont activement participé à l’ensemble du projet, du plan d’affaires à la planification architecturale en passant par la vision à long terme et la décoration. « Mon père [François Lespérance] se levait la nuit pour dessiner des plans ! Mon oncle [Bernard Lespérance] et ma tante [Lucie Major] se sont énormément impliqués ainsi que mon cousin Jean-Philippe, ce qui nous a rapprochés encore plus. Ma mère [Louise Poissant] s’est occupée du mobilier et de la décoration », précise-t-il.

Les choix décoratifs reflètent bien leurs goûts hétéroclites. Le temps passé chez les antiquaires, dans les ventes de succession et dans les marchés aux puces ne se compte plus. « On a commencé ces achats avant de prendre possession du Manoir, parce que c’est long de meubler 10 000 pi2, surtout qu’il était essentiel pour nous d’y apporter un soin particulier. On voulait trouver des éléments qui s’intégraient bien au lieu tout en respectant le budget. »

Chaque élément s’imprime sur une toile de fond neutre où dominent les matériaux nobles, comme le bois et le marbre. Des ornements architecturaux en arc répondent à l’esprit classique du bâtiment. Louis Lespérance se dit particulièrement fier des huit salles de bains, qui sont toutes différentes, mais en parfaite harmonie avec le décor global. « Les baignoires sont positionnées pour donner une vue sur le lac ; c’est aussi le panorama qu’on a dans plusieurs chambres. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Avec ses accents de noir et son miroir antique, la grande salle de bains de la chambre Davis allie modernité et classicisme.

Pour de bons moments

Désormais, le manoir a retrouvé tout son lustre et il est proposé à la location pour organiser des évènements. « On a une liste de fournisseurs de confiance, dont des traiteurs, des fleuristes, des photographes, des vidéastes, des maquilleuses que l’on recommande fortement à nos clients pour organiser leur mariage, par exemple, mais ils peuvent faire appel à qui ils veulent. On loue avant tout l’espace et ce que l’on souhaite, c’est que les gens y passent de bons moments entre eux », explique l’avocat.

La prochaine étape sera consacrée aux aménagements extérieurs, puisqu’une vaste terrasse construite à flanc de montagne pourra accueillir de belles réceptions. Entre le lac et la forêt, l’environnement semble idyllique pour des vacances ou une grande occasion. M. Lespérance et sa famille, qui croient profondément en leur modèle d’affaires, continuent d’explorer le Québec à la recherche d’autres joyaux patrimoniaux et envisagent même d’investir au-delà des frontières.

Consultez le site du Manoir Davis