Au début des années 2000, Sylvain Bacon et John Zuccarini n’avaient jamais vécu à Montréal lorsqu’ils ont décidé de s’installer dans la métropole, à mi-chemin entre leurs parents respectifs. Le premier a grandi dans le nord du Québec et a étudié à Trois-Rivières, tandis que le second est originaire d’Ottawa. Après avoir habité des années aux États-Unis et beaucoup voyagé, ils ont mis le cap sur le Vieux-Montréal, charmés par son cachet européen.

Danielle Bonneau
Danielle Bonneau La Presse

Ils savaient exactement ce qu’ils cherchaient : un immeuble de petite dimension, moderne et lumineux, en périphérie de l’activité. « En Virginie, on a habité dans un très grand complexe d’environ 350 logements, explique Sylvain Bacon. On s’est rendu compte que le gym, le spa et la piscine ne nous servaient à rien. »

Ils ont acquis un appartement dans le complexe Nouvel Europa, rue McGill, en 2003, avant la première pelletée de terre. Ils ont combiné deux appartements au sixième étage afin d’être entourés de fenêtres sur trois côtés et de ne partager aucun mur avec des voisins. Seulement deux autres condos se trouvent au même étage. John Zuccarini, artiste peintre et designer d’intérieur de formation, s’est investi à fond.

  • L’appartement de Sylvain Bacon et de John Zuccarini surplombe le parc des Frères-Charon, dans le Vieux-Montréal. La vue sur les environs est dégagée et elle ne risque pas de changer.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    L’appartement de Sylvain Bacon et de John Zuccarini surplombe le parc des Frères-Charon, dans le Vieux-Montréal. La vue sur les environs est dégagée et elle ne risque pas de changer.

  • Dans le Nouvel Europa, deux passerelles vitrées rappellent les origines ferroviaires du lieu où il a été construit.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Dans le Nouvel Europa, deux passerelles vitrées rappellent les origines ferroviaires du lieu où il a été construit.

  • L’espace où se trouve le salon est très ouvert et baigné de lumière.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    L’espace où se trouve le salon est très ouvert et baigné de lumière.

  • Le salon jouxte la salle à manger dans un espace aéré et lumineux.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Le salon jouxte la salle à manger dans un espace aéré et lumineux.

  • Dans la cuisine, aux plans de travail en granit, des électroménagers de marques Sub-Zero et Miele ont été privilégiés.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Dans la cuisine, aux plans de travail en granit, des électroménagers de marques Sub-Zero et Miele ont été privilégiés.

  • Un coin avec un ordinateur a été aménagé dans l’espace ouvert.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Un coin avec un ordinateur a été aménagé dans l’espace ouvert.

  • La seconde chambre est multifonctionnelle. Elle sert entre autres de salon, pour regarder la télé.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    La seconde chambre est multifonctionnelle. Elle sert entre autres de salon, pour regarder la télé.

  • La seconde chambre, spacieuse, abrite aussi un bureau.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    La seconde chambre, spacieuse, abrite aussi un bureau.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Les deux appartements devaient avoir deux chambres chacune, explique M. Bacon. C’est devenu un appartement de deux chambres avec de très grands espaces, où se trouve la salle à manger, le salon et un bureau ouvert. La deuxième chambre est multifonctionnelle et peut servir de chambre d’invité, de bureau ou de petit salon. Il n’était pas question pour John d’utiliser les finis standards du promoteur. Comme nous avions l’intention de rester ici à long terme, il a choisi chacun des éléments à la carte, allant directement chez Ciot, Batimat, etc. »

Même si l’espace intérieur a été réaménagé, deux balcons demeurent accessibles. Surplombant le parc des Frères-Charon, ils permettent d’avoir une vue dégagée sur les environs, qui ne risque pas de changer.

« Les édifices à l’avant sont patrimoniaux », indique Sylvain Bacon.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Sylvain Bacon et John Zuccarini aiment faire des marches dans le Vieux-Port, au bord de l’eau, avec leurs petits lévriers italiens, Beezu et Yoly.

Même si le paysage urbain change en arrière, tout ce qui est à trois ou quatre coins de rue est figé. On a aussi une vue du pont Jacques-Cartier, de la Grande Roue et des feux d’artifice. C’est vraiment dégagé tout autour.

Sylvain Bacon, propriétaire

Design urbain créatif

Au moment de sa construction, le Nouvel Europa a attiré l’attention avec son architecture originale, conçue par l’agence Boutros + Pratte. Doté de deux passerelles vitrées, qui rappellent les origines ferroviaires du lieu où il s’élève, l’immeuble de 54 appartements a remporté l’or dans la compétition Outside the Box, dans la catégorie du design urbain créatif.

« En bas, l’ancien restaurant La Pizzaiolle se trouvait dans la première gare de train pour la Rive-Sud, précise M. Bacon. L’immeuble a huit étages et compte deux sections, avec une entrée au 38, rue McGill et une autre au 50, rue McGill. La symbolique des rails a été utilisée dans la conceptualisation de l’édifice. Bien qu’on soit tous dans le même complexe, il y a des gens au 38 et d’autres au 50, rue McGill, avec chacun accès à notre ascenseur et notre section. Mais on partage le même stationnement et on fait partie du même syndicat de copropriété. »

Le stationnement constitue, par ailleurs, un des seuls espaces communs du complexe. Et c’est très bien ainsi, estime M. Bacon. « On préférait se joindre à un vrai centre de conditionnement physique, dit-il. Et on aime mieux Bota Bota et le Scandinave, situés tout près, qu’un petit spa de condo. »

Les charges de copropriété ne sont pas moins élevées qu’ailleurs, grâce en partie à la saine administration des gestionnaires de l’immeuble, qui n’ont pas attendu les nouvelles règles mises en place, fait-il remarquer. « Il n’y aura donc pas de rattrapage à faire. »

Les charges, en outre, comprennent une grande partie des frais énergétiques, puisque l’immeuble est raccordé au réseau Climatisation et chauffage urbain de Montréal (CCUM), qui alimente un grand nombre d’édifices et de tours du centre-ville, de Griffintown et du Vieux-Montréal. « On a aussi un système de chauffage électrique, souligne M. Bacon. Avant, on voyageait beaucoup. Grâce au système CCUM, qui chauffait l’hiver, on partait l’esprit tranquille. »

Les deux propriétaires ont assisté en direct à l’émergence de la rue McGill et de ses nombreux restaurants (Jellyfish, Graziella, Pastel, Helena et Ikanos comptent parmi leurs préférés). Ils ont aussi fait connaissance avec de nombreux voisins au gré de leurs marches avec leurs deux petits lévriers italiens, Beezu et Yoly.

Mais il est temps de troquer les promenades dans le Vieux-Port, au bord de l’eau, pour des randonnées dans la nature, à proximité cette fois du centre-ville de Montréal. Ils se sont en effet engagés dans une autre aventure immobilière et s’apprêtent à emménager sur le flanc sud du mont Royal. Ils sont prêts à tourner la page.

Consultez la fiche de la propriété

La propriété en bref

Prix demandé : 1 795 000 $
Année de construction : 2003
Description : l’appartement, situé au 67-50, rue McGill, se trouve au 6e étage du complexe Nouvel Europa, dans le Vieux-Montréal. Fenêtré sur trois côtés, il comporte deux chambres spacieuses et deux salles de bains. L’immeuble de huit étages est raccordé au réseau Climatisation et chauffage urbain de Montréal. L’énergie facturée est comprise dans les charges de copropriété. Des plinthes électriques assurent aussi un chauffage d’appoint. Deux rangements et deux places dans le stationnement intérieur sont inclus.
Superficie : 1750 pi2 (162,6 m2)
Évaluation municipale : 947 800 $
Impôt foncier : 7196 $
Taxe scolaire : 929 $
Charges mensuelles de copropriété : 1393 $
Courtière : Marie-Yvonne Paint, Royal LePage Héritage