Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

À l’extrémité ouest de L’Île-Bizard, nichée au cœur d’un boisé paisible et bordée par la rivière des Prairies, cette spacieuse maison familiale mise sur de belles pièces conviviales connectées directement avec la nature, mais aussi un immense terrain où quelques aménagements luxueux ont pris racine.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La salle familiale du rez-de-chaussée, entre la salle à manger et la « pièce-moustiquaire »

À l’extérieur comme à l’intérieur, ce sont les grands espaces qui donnent le ton à ce domaine aux airs de chalet cossu en bordure de la ville. Les propriétaires, qui cherchaient le meilleur compromis entre une maison de ville et un chalet, sont tombés sous le charme de cette maison de 16 pièces de style Tudor et du silence d’or qui enveloppe les lieux. Il a cependant fallu mettre la main à la pâte (et au ciment), car la bâtisse avait besoin de nombreux travaux de rénovation lors de son acquisition en 2006.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le salon, situé côté nord, est aussi bien équipé de fenêtres, ce qui rehausse une surface déjà spacieuse. 

Commençons par un tour de « jardin » – lequel s’étale sur près de 160 000 pi (soit près de 15 000 m2). Un immense bois aux feuillages fournis, un accès et une vue imprenable sur la rivière des Prairies, au-delà de laquelle le parc-nature du Cap–Saint-Jacques se dresse en toile de fond. Pour peu, on se croirait presque dans les Laurentides.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La cuisine est rattachée à un petit espace de travail. 

En s’approchant de la demeure, on remarque diverses interventions sur le terrain, harmonieusement intégrées dans le paysage : « On trouve trois terrasses reliées entre elles, une piscine creusée et chauffée, un court de tennis, ainsi qu’un sauna aménagé dans le sol, accessible tout l’hiver grâce à des tapis chauffants », énumère la courtière immobilière Louise Therrien.

Connectée sur l’extérieur

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La salle à manger, comme de nombreuses autres pièces, bénéficie d’une superbe luminosité et d’une vue sur la rivière des Prairies. 

Quiconque craint de se couper de ce magnifique environnement une fois franchies les portes de la maison, érigée en 1966, peut se rassurer : nombreuses sont les pièces de vie aménagées de façon à continuer de s’en abreuver, notamment par l’entremise de larges fenêtres MQ, toutes installées lors de rénovations, et bordant généreusement la face sud de l’édifice. 

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La chambre principale, située au premier étage, est orientée sud. 

Il en va ainsi pour la salle à manger, la salle familiale ou encore la cuisine à laquelle est annexée une petite avancée, sous forme d’espace de travail pentagonal vitré qui vous projette au cœur de la nature ; au premier étage, la chambre principale et la salle de bains attenante, qui vient tout juste d’être refaite, jouissent aussi de la magnifique vue dégagée vers le sud. Autant de postes d’observation idéaux pour profiter des lueurs vespérales, en toutes saisons.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La salle de bains attenante à la chambre principale a été rénovée en 2018. On y trouve, comme dans d’autres pièces, un plancher en céramique chauffant. 

Pour soi comme pour les autres

Au-delà du grand nombre de pièces et de leur taille spacieuse, ce qui convient parfaitement à une famille élargie (on trouve quatre chambres au premier étage, une petite au troisième et une dernière au sous-sol, chacune pouvant être convertie en bureau ou en aire d’activités), on sent que les multiples pièces communes, disséminées à tous les étages, sont autant de bras tendus vers d’éventuels convives. « C’est l’un des aspects qui a le plus marqué les propriétaires et leur a laissé les meilleurs souvenirs : le fait de pouvoir organiser de grands rassemblements et des fêtes familiales », souligne Elise Rossi, la seconde courtière chargée du dossier de vente.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le solarium, dit « la pièce-moustiquaire », est idéal pour recevoir des invités et avoir l’impression d’être en contact avec les environs naturels. 

Ainsi, de haut en bas, on retrouve un très grand espace de loisir conçu pour les enfants, tout de moquette vêtu, un grand salon avec foyer (à mettre aux normes), une salle familiale très lumineuse et, surtout, l’une des parties favorites des tenants des lieux : la « pièce-moustiquaire ».

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le mur de brique donne du caractère au rez-de-chaussée. Ici, on le voit border la cuisine. 

Derrière ce surnom peu flatteur se cache un solarium de bois trois saisons qui donne l’impression, une fois l’été venu et les nombreuses fenêtres ouvertes (protégées par des moustiquaires), de profiter des environs extérieurs. Enfin, pour entretenir les festivités à naître dans ces pièces respirant la convivialité, on peut compter sur la superbe cave à vin aménagée au sous-sol, dont la capacité peut atteindre jusqu’à 1600 bouteilles.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Du bois de chêne a été installé dans plusieurs pièces ainsi que dans l’escalier, pour un très bel effet. 

Brique chaleureuse et céramique chauffante

Au fil des ans, les propriétaires ont enchaîné les rénovations et les ajouts (par exemple, l’intégration de systèmes de son indépendants dans diverses pièces), misant sur une articulation équilibrée des matériaux. En vrac, nous y retrouvons des entrelacements de briques, tantôt écrues, tantôt rougeâtres, du bois de chêne élégant recouvrant les escaliers et une partie des planchers, également restaurés. La céramique, elle, va plus loin que le simple plaisir visuel, puisqu’elle est chauffante dans toutes les pièces où elle fut installée, notamment dans les salles de bains. Le tout met bien en valeur les grands espaces intérieurs, qui agissent comme des miroirs des environs extérieurs.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Une chose est sûre, il ne manquera jamais de place dans la cave à vin. 

Les propriétaires cherchent à retrouver le même type de havre immergé dans la nature, mais niché dans l’ouest de l’île. « Un endroit où, comme ici, on peut ouvrir les fenêtres et écouter le silence », dit Mme Rossi.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le vestibule d’entrée

La propriété en bref

Prix demandé : 2 198 000 $

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La maison compte de nombreuses chambres, la plupart très spacieuses, mais aussi une petite pièce aménagée au troisième étage. 

Évaluation : 1 909 100 $

Impôt foncier (2019) : 14 406 $

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La salle de jeux pour les enfants, avec une moquette épaisse si le besoin de roulades se fait sentir

Taxe scolaire : 2833 $

Chambres : 5

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Les chambres peuvent être converties en d’autres pièces, au besoin.

Année de construction : 1966

Superficie du terrain : 158 415 pi2 (14 717 m2)

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le terrain de près de 160 000 pi2 assure un contact intime avec la nature. 

Courtières : Louise Therrien et Elise Rossi, ReMax

> Consultez la fiche de la propriété