Source ID:a6cdd4b7-51c1-4313-84a5-bdd6d83bad34; App Source:alfamedia

Objet culte: la chaise Thonet

La chaise n° 14 de Thonet Gebrüder... (Photo fournie par TON)

Agrandir

La chaise n° 14 de Thonet Gebrüder

Photo fournie par TON

Muriel Françoise

Collaboration spéciale

La Presse

Avant-gardistes pour leur époque, certains meubles, luminaires et accessoires de décoration ont résisté à l'épreuve du temps... et inspirent les marques et designers de la jeune génération!

Toute en courbes, élancée et d'une légèreté remarquable, la chaise n° 14 commercialisée en 1859 par la firme Gebrüder Thonet (les frères Thonet) est le premier meuble de l'ère industrielle.

Pour arriver à cette prouesse technique, l'ébéniste germano-autrichien Michael Thonet et ses cinq fils ont inventé un processus révolutionnaire: le cintrage du bois, soit la possibilité de courber celui-ci grâce à la vapeur.

La fabrication de chaises peut désormais se faire à grande échelle, ce qui réduit considérablement leur prix. En 1860, le modèle 14 coûte moins cher qu'une bouteille de vin! Sa solidité surprend également.

Selon la légende, Michael Thonet aurait jeté une chaise de la tour Eiffel pour apporter la preuve de cette solidité.

Bien avant IKEA, l'entreprise familiale Thonet imagine la... (Photo fournie par Thonet) - image 2.0

Agrandir

Bien avant IKEA, l'entreprise familiale Thonet imagine la livraison en kit grâce à des boîtes d'un mètre cube pouvant chacune contenir 36 chaises désassemblées, comprimant ainsi les frais d'expédition.

Photo fournie par Thonet

Meuble en kit

La chaise n° 14, par-dessus tout empilable, meuble rapidement les cafés de Vienne et de Paris, au point de devenir la chaise de bistrot de référence. Bien avant IKEA, l'entreprise familiale Thonet imagine la livraison en kit grâce à des boîtes d'un mètre cube pouvant chacune contenir 36 chaises désassemblées, comprimant ainsi les frais d'expédition. 

Depuis sa création, cette chaise a été vendue à plus de 80 millions d'exemplaires de par le monde. Plusieurs marques se partagent aujourd'hui la fabrication de la chaise n° 14, la licence étant tombée dans le domaine public.

Cette chaise épurée, réinterprétée en 2009 par le designer James Irvine pour l'enseigne japonaise MUJI, convient à merveille aux intérieurs minimalistes ainsi qu'aux petits espaces, en particulier les cuisines étroites. 

Tout en apportant de l'élégance au décor, elle n'encombre pas celui-ci. On pourra la marier, autour d'une table, avec le modèle fauteuil n° 30 aux formes organiques. 

Si la salle à manger est ouverte sur l'entrée, on installera la chaise à accoudoirs à côté de la porte, en rappel. Elle servira de chevalet ou de siège pour enfiler bottes et souliers, et rejoindra la table au besoin.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer