Les artisans du Chat des artistes, lieu créatif du quartier Centre-Sud, à Montréal, ouvrent les portes de leurs ateliers au public ce samedi. Peintures sur toile, céramiques, vêtements et bijoux comptent parmi les trouvailles qu’on pourra y faire. Quelques exposants invités se joignent également à l’évènement, dont Eva Gorszczyk, qui confectionne avec dextérité et minutie des décorations en papier. Rencontre.

Sur la grande table de bois où Eva Gorszczyk donne des ateliers créatifs trône un bouquet de coquelicots en papier. « Ça me rappelle mon enfance », confie la propriétaire de Cykl Essentia. L’artiste d’origine polonaise est née et a grandi en France avant de déménager au Québec en 2019.

« Là où j’ai grandi, il y avait beaucoup de champs de coquelicots. J’étais fascinée par ces fleurs, parce que quand tu les cueilles, elles fanent au bout de cinq minutes. […] Je trouve ça triste que ce soit si éphémère. »

Elle admet que c’est peut-être pour tenter de préserver cette beauté passagère qu’elle a commencé à créer des fleurs et du feuillage en papier.

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Eva Gorszczyk et un bouquet de coquelicots

« J’aimais tellement avoir des fleurs chez moi tout le temps que je me disais que le budget qui y était consacré commençait à être un peu intense », ajoute-t-elle en rigolant.

En 2020, elle a suivi une formation en ligne pour créer des fleurs en papier. Deux ans, plus tard, elle a lancé Cykl Essentia, une entreprise qui se spécialise dans les décorations d’intérieur en papier. Car, en plus des bouquets, Eva Gorszczyk fabrique aussi des décorations murales en origami.

« J’aime tout ce qui a un lien avec le papier », souligne-t-elle à plusieurs reprises au cours de l’entrevue.

Choix du papier

Quel type de papier utilise-t-elle ? Elle aime bien ceux faits à la main de la boutique montréalaise Au papier japonais. « Les papiers faits main sont tellement beaux et tellement durables. Ils sont assez incroyables ! Et les couleurs sont très particulières », s’enthousiasme la créatrice. Le papier kraft est également l’un de ses matériaux de prédilection. « Personnellement, j’aime ça, mélanger les types de papier et les textures. »

  • Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

    PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

    Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

  • Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

    PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

    Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

  • Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

    PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

    Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

  • Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

    PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

    Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

  • Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

    PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

    Quelques-unes des créations d’Eva Gorszczyk

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plupart des papiers que j’utilise sont soit recyclés, soit issus de sources très renouvelables. C’est important pour moi.

Eva Gorszczyk, artiste et propriétaire de Cykl Essentia

Elle souligne d’ailleurs que les fleurs en papier sont une option plus écologique que celles en plastique, peut-être même plus que les vraies fleurs, qui sont souvent importées d’Europe.

Si fragile ?

Mais une fleur en papier, n’est-ce pas fragile ? Eva Gorszczyk n’est pas étonnée qu’on pose la question. « Il y a toujours la crainte que ce soit fragile. […] Ce l’est moins qu’on pourrait le penser », répond-elle. La qualité du papier, la façon dont il est plié et les tiges de métal utilisées dans la confection des bouquets améliorent leur durée de vie, qui peut s’étirer sur des mois, voire des années. Les décorations en origami sont, quant à elles, encore plus résistantes.

Elles n’aiment pas la lumière directe du soleil, mais « c’est surtout l’eau, leur ennemie » !

La salle de bains n’est donc pas la pièce où exposer les créations de l’artiste dont la réalisation prend souvent plus de trois heures, plaisante-t-on. « Ça pourrait changer », réplique Eva Gorszczyk. Elle aimerait éventuellement créer des décorations de papier dans des cadres, afin de les protéger de l’humidité.

Parmi ces autres projets, elle pense aussi développer de plus gros bouquets pour les mariages. « Ça pourrait être tellement bien [pour les mariés] de pouvoir garder le bouquet. Ce serait nice », dit avec entrain l’artiste qui fait également de l’aquarelle.

Eva Gorszczyk remarque aussi un intérêt grandissant pour ses ateliers créatifs lors desquels elle apprend aux participants à créer des fleurs. Les prochains, les 20 juin et 6 juillet, porteront sur la pivoine, l’une de ses fleurs préférées.

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Une rose

Ce samedi, au Chat des artistes, ce sont de plus petits produits qu’elle proposera aux visiteurs : des décorations murales en origami, des feuilles d’eucalyptus et des roses emballées sous une cloche, un peu comme dans le film La Belle et la Bête.

Sur la page Facebook de l’évènement, les organisateurs incitent également les visiteurs à faire un saut à quelques pas de là, aux ateliers Groover, qui eux aussi ouvrent leurs portes ce samedi.

Portes ouvertes au Chat des artistes, au 2205, rue Parthenais, à Montréal

Consultez la page Facebook de l’évènement Consultez le site de Cykl Essentia