La Maison Prunelle, comme la « prunelle de mes yeux ». Comme les meubles chers aux propriétaires de cette boutique en ligne qui s’installe au cœur du Plateau Mont-Royal, afin de mieux servir une clientèle entichée de l’esthétique du milieu du siècle dernier, et avide de couleurs et d’audace.

Isabelle Morin
Isabelle Morin La Presse

Sur l’avenue du Mont-Royal, l’ancien local du restaurant Soupesoup est passé au jet de sable pour retrouver ses murs de briques et son plancher en terrazzo d’origine. La Maison Prunelle y a ouvert ses portes au printemps et présente une vitrine pimpante, tirée tout droit d’un décor contemporain du milieu du siècle dernier : des chaises extérieures Acapulco, un canapé Togo, un luminaire Flowerpot et un fauteuil Womb, dont le modernisme trouve encore un écho aujourd’hui.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

L’équipe de la Maison Prunelle : le designer Charles Kay, la designer d’intérieur Camille Vindreau et le chef de marque Gabriel Dallaire, devant un éventail de sièges du modèle Eiffel, décliné en plusieurs couleurs.

Les lignes du Mid-Century connaissent un fulgurant regain de popularité depuis quelques années. La chaise Eiffel, présentée dans un éventail de huit couleurs à la boutique, s’est déjà vendue en plus de 50 000 exemplaires. Pour le designer Charles Kay et la peintre Vanessa Stettler, propriétaires de la Maison Prunelle, ce style n’a cependant jamais cessé d’être de son temps.

« C’était une période d’effervescence sur le plan du design et du choix des matériaux », explique Charles Kay, dont l’intérêt pour le mobilier rétro est né il y a plus de 25 ans, au moment où sa conjointe et lui ont commencé à collectionner les meubles originaux de l’époque. « On ne peut pas dire que les choses ont beaucoup changé depuis. Le mobilier d’aujourd’hui récupère les mêmes idées et les mêmes matériaux. »

Il y a 18 ans, si vous aviez la chance de dégoter une pièce vintage, le prix était vraiment élevé. Les rééditions étaient rares. Notre but est de respecter le design original et de démocratiser ces pièces qu’on ne trouve plus.

Charles Kay, propriétaire de la Maison Prunelle

  • En arrière-boutique, un décor tout en fuchsia

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    En arrière-boutique, un décor tout en fuchsia

  • Sur une étagère, un coin cadeaux dans l’esprit de la marque

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Sur une étagère, un coin cadeaux dans l’esprit de la marque

  • Les tableaux de Vanessa Stettle, copropriétaire de la Maison Prunelle, sont exclusifs à la boutique.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Les tableaux de Vanessa Stettle, copropriétaire de la Maison Prunelle, sont exclusifs à la boutique.

  • Tous les coussins sont fabriqués à Montréal, où la marque compte élargir sa production dès l’année prochaine.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Tous les coussins sont fabriqués à Montréal, où la marque compte élargir sa production dès l’année prochaine.

  • La Maison Prunelle se démarque par ses luminaires de style rétro.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    La Maison Prunelle se démarque par ses luminaires de style rétro.

  • Le canapé sans point dur Togo, inspiré de la création de Michel Ducaroy pour Ligne Roset.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Le canapé sans point dur Togo, inspiré de la création de Michel Ducaroy pour Ligne Roset.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démocratiser le design rétro

Ce sont leurs coups de cœur inspirés de designers comme Ray et Charles Eames, Hans Wegner, Mies van der Rohe ou Eero Aarnio que le duo artistique s’emploie à reproduire dans le détail, mais à prix accessibles, avec les marques Pink & Brown, créée en 2003, et Maison Prunelle. Cette dernière se distingue par l’étendue des matériaux et des couleurs dans lesquels se déclinent ses accessoires et son mobilier. Les chaises Ed et Swan, présentées en fuchsia chez Prunelle, sont caractéristiques d’une signature qui se veut tout sauf morne.

Se greffent à cette offre des pièces maison et d’autres icônes éternellement contemporaines, que l’on pense à la chaise Circle (ou PP130) des années 1980 ou à la LC2 de Le Corbusier, classique du Bauhaus. « Il est très rare qu’on reste dans le neutre et c’est à Montréal que Maison Prunelle s’éclate, souligne le chef de marque, Gabriel Dallaire. Le Plateau est une petite ville dans la ville, qui comprend bien notre produit et qui cherche des choses différentes. »

La Maison Prunelle offre un service d’accompagnement en design d’intérieur à sa clientèle. Originalement offerte en ligne au Canada et au Québec, elle présente l’ensemble de sa marchandise à la boutique et quelques exclusivités à toucher, à voir et à mettre à l’essai.

Consultez le site de la Maison Prunelle