Propres, personnalisés, décorés, repensés. Les garages des passionnés que nous avons rencontrés redéfinissent un espace souvent négligé.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Antoni Forgues s’est fait plaisir ! Il a aménagé son garage, qui comportera, à terme, un frigo, un canapé et un écran, afin que le lieu soit à la fois fonctionnel et agréable.

L’actuaire spécialisé en investissement y est allé par étapes, réglant d’abord un problème d’affaissement de sol, afin de solidifier la maison patrimoniale que sa conjointe et lui ont achetée dans le Plateau Mont-Royal. Une fois l’esprit en paix, il s’est consacré à son garage, dont il a soigneusement planifié la transformation.

Il s’est retroussé les manches, dégarnissant une pièce à l’arrière de l’ancien garage et abattant le mur qui les séparait, afin de créer un vaste espace dominé par une série d’armoires et de longs plans de travail en inox.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Antoni Forgues a soigneusement planifié la transformation de son garage, qui a plus que doublé de superficie. Tout n’est pas encore au point, mais la métamorphose est bien avancée.

Chaque chose est à sa place et tout est caché à la vue. Derrière les portes closes se trouve tout l’arsenal dont sa femme, Sue Kwan, lui, ainsi que leurs trois enfants (London, 6 ans, Pénélope, 9 ans, Lili, 11 ans) ont besoin : le panneau électrique, un évier surdimensionné, tous les trucs pour laver les autos, des outils, les équipements de ski, les patins, etc. « C’est l’extension du sous-sol, dit-il. C’est important que ce soit propre et sec. »

Ce dernier élément est assuré par le plancher chauffant. Facile à laver, celui-ci chasse, de surcroît, toute trace d’humidité. « Il s’agit d’une zone tampon de décontamination, précise le propriétaire. En balayant pour enlever les roches, il y a moins de poussières et d’allergènes qui pénètrent dans la maison. »

  • Dans le garage d’Antoni Forgues, chaque chose est à sa place. Tout est dissimulé derrière des portes closes. Lorsque les rénos seront terminées, un canapé et un écran rendront l’espace encore plus accueillant.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Dans le garage d’Antoni Forgues, chaque chose est à sa place. Tout est dissimulé derrière des portes closes. Lorsque les rénos seront terminées, un canapé et un écran rendront l’espace encore plus accueillant.

  • Le mobilier a été réalisé sur mesure par l'entreprise familiale, Ébénisterie Jacques Forgues. Sur les murs, Antoni Forgues a installé des panneaux laminés de chêne rouge, qu’il a récupérés lors des travaux. Ceux-ci apportent beaucoup de chaleur.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Le mobilier a été réalisé sur mesure par l'entreprise familiale, Ébénisterie Jacques Forgues. Sur les murs, Antoni Forgues a installé des panneaux laminés de chêne rouge, qu’il a récupérés lors des travaux. Ceux-ci apportent beaucoup de chaleur.

  • Même les skis sont cachés à la vue.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Même les skis sont cachés à la vue.

  • Deux véhicules sont habituellement garés dans le garage, qui a plus que doublé de superficie. Les travaux ne sont pas terminés. Le mur, à droite, sera sous peu recouvert de gypse.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Deux véhicules sont habituellement garés dans le garage, qui a plus que doublé de superficie. Les travaux ne sont pas terminés. Le mur, à droite, sera sous peu recouvert de gypse.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

’Antoni Forgues a l’avantage d’appartenir à une famille qui s’y connaît, en matière de mobilier confectionné sur mesure. Son père, charpentier-menuisier, a fondé Ébénisterie Jacques Forgues, à Repentigny, et y travaille toujours. Antoni et ses deux frères, Dominique et Guillaume, ont chacun leurs responsabilités dans l’entreprise familiale. Le garage a profité de l’expertise et du travail de tous.

« J’aime prendre du vieux pour faire du neuf », précise l’investisseur immobilier, qui est fier de réhabiliter l’immeuble ancien où sa famille et lui habitent, qui a hébergé des congrégations religieuses de 1929 à 1976.

Deux véhicules sont pour l’instant garés dans le garage. C’est une question de temps avant qu’il recommence à vibrer au son des voix, et non plus seulement des moteurs. Car même en attendant le canapé et la télé, il est déjà accueillant.

Des garages personnalisés

Les garages ont beaucoup évolué au cours des 10 dernières années, constate Raymond Routhier, président de Rangement Spacer, établi à Québec et qui rayonne partout dans la province. « Autrefois, il y avait quelques clous dans le mur pour accrocher les pelles et on ne pouvait pas rentrer la voiture, dit-il. Aujourd’hui, ce sont des salles de rencontres pour des activités familiales, c’est la place où les gars vont prendre une bière en regardant les parties de hockey quand leur femme ne veut plus les entendre, ce sont des gyms ou des endroits pour bricoler, et ce sont aussi des endroits fancy où les passionnés de voitures et de motos se sentent bien. »

Le garage vient souvent en dernier dans l’ordre des priorités, étant rénové une fois que la cuisine et la salle de bains ont été améliorées, note-t-il. C’est un domaine en pleine croissance, qui l’a amené, il y a cinq ans, à acheter une entreprise d’ébénisterie afin de faire du mobilier sur mesure. Des produits de tous les prix (avec des finis lustrés fabriqués localement ou des caissons standardisés importés de Chine) répondent à différents besoins et divers budgets.

« Il y a une fierté à avoir un garage propre, clair, aéré et bien fini », estime Yves Carignan, président et directeur général de l’entreprise Dessins Drummond, spécialisée dans la conception de plans. « Je l’ai moi-même expérimenté, l’an dernier. J’ai fait refaire mon plancher avec Béton Surface. »

  • Yves Carignan a aménagé un garage à son goût. Grand amateur de hockey, il a mis des chandails et des cadres autographiés sur les murs.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Yves Carignan a aménagé un garage à son goût. Grand amateur de hockey, il a mis des chandails et des cadres autographiés sur les murs.

  • Il y a une fierté à avoir un garage propre, clair, aéré et bien fini, estime Yves Carignan. Il a fait refaire son plancher avec Béton Surface et a fait appel à Rangement Spacer pour aménager un coin fort pratique avec des armoires et un évier.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Il y a une fierté à avoir un garage propre, clair, aéré et bien fini, estime Yves Carignan. Il a fait refaire son plancher avec Béton Surface et a fait appel à Rangement Spacer pour aménager un coin fort pratique avec des armoires et un évier.

  • Une section du garage comprend un évier et des armoires. S'y trouve tout le nécessaire pour laver et faire l’entretien de voitures et de motos.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Une section du garage comprend un évier et des armoires. S'y trouve tout le nécessaire pour laver et faire l’entretien de voitures et de motos.

  • Yves Carignan n'a pas honte lorsque la porte de son garage est ouverte…

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

    Yves Carignan n'a pas honte lorsque la porte de son garage est ouverte…

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

’’J’ai maintenant un coin avec des armoires et un évier, aménagé par Rangement Spacer. Comme je suis un amateur de hockey, j’ai mis des chandails et des cadres autographiés sur les murs. Mon garage, où sont garés deux véhicules et des motos, n’a rien d’exceptionnel, mais il est à mon goût.

Yves Carignan

Le garage attenant à la maison demeure fort pratique, permettant d’accéder à l’intérieur sans geler, fait-il remarquer. Mais tous ceux qui projettent de construire une maison n’en prévoient pas nécessairement un. Dans la collection de plans que Dessins Drummond vend directement au public, sans modification, chaque modèle est offert en version avec ou sans garage.

« Dans ce cas, 60 % des plans choisis ne comportent pas de garage et 40 % en ont un, précise M. Carignan. C’est une question de budget. Beaucoup de gens, par ailleurs, surtout s’ils vivent à la campagne et qu’ils ont un grand terrain, vont choisir un garage détaché surdimensionné, en retrait de la maison, où ils pourront mettre leurs articles de plaisance, comme des motoneiges et des VTT. »

En ce qui concerne les plans modifiés et personnalisés vendus par l’entremise des 26 bureaux de l’entreprise, le phénomène inverse est constaté : 60 % des plans, mis au point avec une clientèle expérimentée, qui en est au moins à sa troisième propriété, comportent alors un garage. « Il faut croire qu’on s’écœure du froid et de la neige en vieillissant », souligne M. Carignan en riant.

La personnalisation des garages peut aller très loin, précise-t-il, en faisant allusion à un client de la Mauricie, grand amateur de voitures, qui a fait construire un garage sur deux niveaux, grâce à la dénivellation naturelle du terrain. Une vaste pièce à l’allure chaleureuse d’un pub irlandais (avec un foyer, un bar bien garni, une table avec banquette, des fauteuils, un téléviseur, etc.) surplombe l’espace réservé aux voitures, permettant ainsi de les admirer.

Un lieu pour la famille

ILLUSTRATION FOURNIE PAR TIAM MAEIYAT

La vision de Tiam Maeiya, axée sur l’aménagement d’un espace familial sur le toit (vert) d’un garage, a attiré l’attention.

Le concepteur montréalais Tiam Maeiya, quant à lui, s’est penché sur l’espace inexploité que représente l’extérieur du garage lorsqu’il a participé au Défi Le Nouveau Garage, organisé par Volvo Cars Canada et le Salon du design intérieur (IDS) de Toronto. Sa vision, axée sur l’aménagement d’un espace familial sur le toit (vert) d’un garage, a séduit le jury, qui vient de lui accorder le premier prix.

ILLUSTRATION FOURNIE PAR TIAM MAEIYAT

Le concepteur Tiam Maeiya a imaginé le toit d’un garage pouvant être utilisé peu importe la saison, que ce soit l’hiver pour glisser ou l’été pour jouer ou admirer un film à la belle étoile.

« On peut utiliser le toit peu importe la saison, que ce soit l’hiver pour glisser ou l’été pour jouer ou admirer un film à la belle étoile », explique M. Maeiya, qui, comme tous les parents de bambins, s’est retrouvé avec fort peu d’options pour jouer dehors avec sa fille au début de la pandémie.

Originaire d’Iran, où il était architecte, il participe chaque année à trois ou quatre concours de design, afin de relever de nouveaux défis. L’invitation à repenser la relation entre le garage et les véhicules, en mettant l’accent sur le développement durable, lui a beaucoup plu.

« Nous avions une entière liberté pour concevoir un espace, qui est toujours ignoré, a précisé le concepteur. Le confinement m’a amené à vouloir utiliser à la fois l’intérieur et l’extérieur du garage. Celui-ci demeure un abri pour garer et protéger un véhicule. Mais il peut aussi devenir une nouvelle forme de salle familiale. C’est une addition, moins privée, à la cour arrière. »