Planifier un jardin est une chose ; le garder beau en est une autre. Cet été, des spécialistes de l’horticulture offrent leurs meilleurs trucs pour des végétaux qui restent en santé tout au long de l’été. Cette semaine : comment éloigner ces petites bêtes dont on ne veut pas chez soi ?

Isabelle Morin Isabelle Morin
La Presse

Le bon choix de végétaux

Généralement, les animaux n’aiment pas les plantes qui ont une odeur forte comme celles de la lavande, des fines herbes, des plantes citronnées, de l’ail et des oignons. Intégrez-en à vos aménagements. Ceux qui habitent en ville savent que les écureuils peuvent cependant être très résilients. Attention aux plantes qui les attirent comme les noisetiers ou les bulbes de tulipes et de crocus, qui sont un régal pour eux. Si vous désirez tout de même donner une chance aux tulipes et crocus, mélangez-les à d’autres bulbes dont ils sont moins friands comme l’ail décoratif, les jacinthes, muscaris et narcisses, suggère l’horticultrice Hélène Baril. Recouvrez ensuite la terre d’un grillage métallique qu’ils ne pourront pas gruger.

Le chat du voisin a choisi votre cour comme salon ou, pire, comme litière ? Entraînez-le ailleurs en plantant de l’herbe à chat dans un coin reculé du terrain ou dans la ruelle pour l’y attirer. « Repérez l’endroit qu’il a élu comme litière et saupoudrez-y du poivre de Cayenne », suggère encore Marthe Laverdière, auteure de Jardiner avec Marthe 1 et 2 (Les éditions de l’homme).

D’autres répulsifs

Les poils de chien signalent une présence indésirable pour certains animaux. Vous pouvez en faire la demande dans un salon de toilettage, et en épandre dans vos plates-bandes. Le fumier de poule en granules et la farine de sang moulu agissent aussi comme répulsifs et sont également d’excellents fertilisants. Pour les animaux, qui ont l’odorat fin, l’odeur est déplaisante. Pour l’humain, l’odeur est forte à l’application, mais se résorbe ensuite. Épandez-en au sol toutes les trois semaines pour en conserver l’effet. Surtout, évitez la poudre d’os et les émulsions de poissons ou de crustacés qui sont des festins à ciel ouvert.

Quand la bête a élu domicile sur votre terrain

Repérez le terrier de l’animal (souvent sous un balcon ou une autre structure) et humidifiez l’endroit – sans l’inonder pour ne pas noyer les bébés – en y faisant couler un filet d’eau. Marmottes, moufettes et ratons laveurs iront alors se réfugier dans un habitat plus accueillant. Du fumier de poule ou de la litière de chat souillée peut également être déposé à l’entrée du terrier pour ajouter un effet dissuasif. Si on choisit plutôt de les capturer, il faut aller les porter loin, pas seulement à quelques coins de rue, car ils auront tôt fait de regagner leur domicile. « Ne vous approchez jamais d’un raton laveur, prévient aussi Marthe Laverdière, car ils attaquent le chien et même l’humain, et peuvent être porteurs de rage. »