(Moscou) L’opposant et militant anticorruption Alexeï Navalny, emprisonné depuis un an et demi en Russie, a affirmé lundi avoir été placé en cellule disciplinaire après avoir entrepris de former un syndicat de détenus.

Publié le 15 août
Agence France-Presse

« Salut à tous depuis le mitard. La lutte syndicale n’est jamais facile, mais alors que dire des syndicats en prison », a-t-il écrit dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Il dit avoir été placé à l’isolement pour trois jours pour avoir enfreint le règlement en déboutonnant le haut de sa tenue de bagnard. D’après lui, la direction a menacé de faire de cette geôle « sa résidence permanente » s’il ne changeait pas d’attitude.

Il décrit sa cellule comme une « niche en béton » avec une chaise, un lit rétractable, un évier et « un trou dans le sol ». En ce moment, il y fait « très chaud ». « La nuit, tu te sens comme un poisson couché sur le rivage », écrit Navalny.  

« Je suis un modèle de consommation responsable. Dans ma cellule, il n’y a qu’une tasse et un livre. Ils donnent une cuillère et une assiette seulement au moment des repas », raconte-t-il, avec son ironie habituelle.  

Deux caméras l’observent. Les visites et le courrier sont interdits. Une heure de promenade par jour « dans une cellule semblable, mais avec un bout de ciel ». Il dit avoir droit à du papier et un stylo chaque jour pendant une heure quinze.  

« Je suis assis sur mon banc en fer devant ma table en fer. J’écris ce message et je vais écrire des instructions pour les zeks [prisonniers russes, NDLR] sur leurs droits au travail, tant qu’ils ne me prennent pas le papier. »

La semaine dernière, Alexeï Navalny, 46 ans, a affirmé avoir crée un syndicat dans sa prison près de la ville de Vladimir — à 200 km à l’est de Moscou — où il travaille dans un atelier de couture.

Il affirme avoir remporté « sa première victoire » en faisant remplacer les tabourets des détenus travaillant dans l’atelier par des chaises.

En mars, Alexeï Navalny a été condamné à neuf ans de prison en régime « sévère » pour des accusations des détournements de fonds qu’il juge fictives.

Il avait été arrêté en janvier 2021, à son retour en Russie après avoir été soigné en Allemagne à la suite d’un grave empoisonnement qu’il impute au Kremlin, ce que ce dernier dément.