(Menton) Les associations d’aide aux migrants seront « traitées comme des ennemis » car « elles agissent contre la survie de la France », a déclaré Eric Zemmour vendredi au poste frontière de Menton, dans les Alpes-Maritimes, où il a été accueilli par une centaine de manifestants.

Publié le 21 janvier
Agence France-Presse

« Moins de Zemmour, plus d’amour », « vive la France de la diversité et de l’inclusion », pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants.

PHOTO VALERY HACHÉ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Lors de sa visite au poste frontière de Menton, dans les Alpes-Maritimes, Éric Zemmour a été accueilli par une centaine de manifestants lui étant opposés.

Parmi eux figurait l’agriculteur Cédric Herrou, poursuivi – puis finalement relaxé en mars – pour avoir convoyé des migrants venus d’Italie et organisé un camp d’accueil en 2016 dans la vallée de la Roya, près de la frontière franco-italienne.

Les traiter « comme des ennemis »

« Ces gens agissent contre la survie de la France. Je considère que ce sont des ennemis. Ils seront traités comme des ennemis. Il n’y aura plus de subventions qui seront versées. Je les sanctionne. Cédric Herrou devrait être en prison. Ils sont complices des passeurs », a déclaré à la sortie du poste frontière Éric Zemmour, qui doit tenir samedi un meeting à Cannes.

PHOTO VALERY HACHÉ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le candidat Éric Zemmour, discute avec des membres du syndicat des policiers gardes-frontières au sujet migrants illégaux, lors d'une visite d'un poste frontière à la frontière franco-italienne, à Menton, en France, le 21 janvier 2022.

« Ce n’est pas la misère qui fait l’immigration. Ils viennent en France car c’est le marché d’allocations sociales le plus étendu au monde », a fustigé le candidat d’extrême droite.

« Il n’y aura plus de tolérance envers ces associations qui pourrissent la vie des policiers », a-t-il ajouté, en qualifiant « d’apocalyptique » la légère reprise de l’immigration en 2021, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur publiés jeudi.

« Ici la police passe son temps à renvoyer des migrants qui reviennent sans cesse », a-t-il encore dénoncé, en proposant de rétablir le délit de séjour irrégulier, et de « remettre en place les charters collectifs de clandestins ».

Demandes d’asile, expulsions, délivrance des visas… Tous les secteurs de l’immigration ont montré de premiers signes de reprise en 2021, après une année 2020 de chute record des flux migratoires due notamment à pandémie mondiale de COVID-19.