(Stockholm) La Suède a déployé vendredi des véhicules blindés et de dizaines de militaires armés dans les rues de Visby, ville portuaire située sur l’île de Gotland en mer Baltique, une initiative inhabituelle prise en réponse à « l’activité russe » accrue dans la région, a annoncé l’armée.

Publié le 14 janvier
Agence France-Presse

Une dizaine de véhicules de combat blindés et des dizaines de militaires armés pouvaient être vus en train de patrouiller dans les rues de Visby.

Cette initiative a été prise après que trois navires de débarquement russes ont navigué en mer Baltique en traversant le détroit du Grand Belt au Danemark cette semaine, dans un contexte de tensions accrues entre la Russie et les États membres de l’OTAN.

« Les forces armées prennent les mesures nécessaires pour sauvegarder l’intégrité de la Suède et démontrer notre capacité à protéger la Suède et les intérêts suédois », a déclaré le ministre de la Défense Peter Hultqvist dans un mail à l’AFP.

Dans un communiqué jeudi soir, l’armée avait indiqué que des troupes seraient déployées pour « renforcer les opérations dans de nombreux endroits » en raison « de l’accroissement des activités russes en mer Baltique ».

M. Hultqvist a par ailleurs déclaré à l’agence TT que les patrouilles sur l’île de Gotland montraient que la Suède prenait la situation au sérieux et qu’elle ne « serait pas prise au dépourvu ».

Le chef des opérations des forces armées suédoises Michael Claesson a indiqué à l’AFP que les unités déployées à Visby provenaient d’une garnison déjà stationnée sur l’île, démentant qu’il s’agisse d’une « démonstration de force ».

Les pays occidentaux accusent la Russie d’avoir massé des chars et des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l’Ukraine au cours des dernières semaines, prélude selon l’OTAN à une possible invasion.

La Russie dément préparer une offensive militaire et affirme qu’il s’agit d’une réponse à la présence croissante de l’Alliance atlantique dans sa sphère d’influence.

Voisins de la Russie, la Norvège, le Danemark et l’Islande – tous trois membres de l’OTAN – et la Suède et la Finlande – partenaires de l’Alliance atlantique sans en être membres – coopèrent étroitement en matière de sécurité régionale.

Après la fin de la guerre froide, Stockholm a diminué ses dépenses militaires. Mais après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, la Suède a renforcé ses capacités de défense.

La Suède, qui n’a livré aucune guerre depuis deux siècles, a rétabli en 2017 le service militaire obligatoire et rouvert sa garnison sur l’île de Gotland en janvier 2018.