(Rome) L’ONG humanitaire SOS Méditerranée a déploré mardi la nouvelle immobilisation de son navire Ocean Viking par les autorités italiennes dans un port sicilien, regrettant l’« extrême minutie » d’une inspection de ce bateau de secours en mer.

Publié le 11 janvier
Agence France-Presse

Les gardes-côtes italiens immobilisent régulièrement les navires d’ONG humanitaires, une mesure qualifiée d’injustifiée et de politiquement motivée par ces dernières qui portent secours en mer aux migrants tentant de gagner l’Europe.

« Nous regrettons l’extrême minutie déployée pour les contrôles de notre navire. Cette inspection est le sixième contrôle auquel l’Ocean Viking est soumis depuis le début de ses opérations en Méditerranée centrale en août 2019 », affirme l’ONG dans un communiqué après un contrôle effectué lundi dans le port de Trapani.

« Au cours de cette inspection, il a été estimé que les structures ajoutées au navire pour abriter les rescapés et contenir l’équipement nécessaire à notre travail de sauvetage devraient être enregistrées dans une catégorie différente », explique l’ONG.

« La certification de ces structures en tant que cargaison est remise en question, deux ans et demi après que le dispositif a été installé dans un chantier naval professionnel et validé par tous les organismes de réglementation concernés », précise SOS Méditerranée.

2832 migrants acheminés en Europe

L’Ocean Viking, qui a repêché 2832 personnes depuis début 2021, avait déjà été immobilisé par les autorités italiennes en juillet 2020 pour des « irrégularités techniques », selon les autorités italiennes.

« Nous allons maintenant nous concerter avec notre armateur, les administrations maritimes et les agences de régulation pour mettre en œuvre les mesures et les formalités administratives qui garantiront une libération rapide de l’Ocean Viking afin de reprendre au plus vite notre mission pour sauver des vies en mer », assure l’ONG.  

« Les navires humanitaires tels que l’Ocean Viking, qui comblent le vide laissé par les États européens, sont essentiels pour éviter ces naufrages », a souligné Fabienne Lassalle, directrice générale adjointe de SOS Méditerranée France, citée dans le communiqué.  

Le contrôle a mis en évidence « diverses irrégularités de nature technique pouvant compromettre la sécurité des équipages et des personnes récupérées à bord », ont indiqué pour leur part les gardes-côtes italiens dans un communiqué dans la soirée.

« Ont été identifiées en particulier, et entre autres, des irrégularités comme le mauvais fonctionnement de l’alimentation électrique à nord, essentielle en cas de situation critique en mer, et la présence de matières inflammables gardées dans des pièces du navire non adaptées », assurent les gardes-côtes.

Dénonçant « un système de gestion de la sécurité à bord défectueux », les autorités ont imposé « un blocage administratif » du navire tant que les irrégularités ne seront pas résolues.

Plus de 67 000 migrants sont arrivés en Italie en 2021, la plupart en provenance d’Afrique du Nord, dans des embarcations de fortune ou souvent surpeuplées, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.