(Londres) L’homme arrêté et interné après s’être introduit armé d’une arbalète samedi dans le territoire du château de Windsor, résidence d’Élisabeth II à l’ouest de Londres, avait dit vouloir « assassiner la reine » dans une vidéo, rapporte lundi le tabloïd The Sun.

Mis à jour le 27 déc. 2021
Agence France-Presse

Cet homme de 19 ans vivant à Southampton avait été interpellé, samedi vers 8 h 30 locales, quelques instants après avoir pénétré sur les terres du château où la monarque de 95 ans passait Noël.  

Dimanche, la police a indiqué l’avoir interné en soins psychiatriques.

The Sun publie des images d’une vidéo présentée comme publiée sur le compte Snapchat du suspect quelques minutes avant sa tentative d’intrusion.

En pull à capuche noir et en masque blanc, il manipule l’arbalète et dit : « Je suis désolé pour ce que j’ai fait et ce que je vais faire. Je vais tenter d’assassiner la reine Elizabeth ».

Avec des références apparentes à la saga Star Wars, il se présente comme un Indien sikh et dit chercher « revanche » pour un massacre commis en 1919 par les troupes britanniques contre des manifestants en Inde.

Sans vouloir confirmer l’authenticité de ces images spécifiquement, la police de Londres a indiqué que « des enquêteurs évaluent le contenu d’une vidéo ».

La reine Élisabeth II, 95 ans, passe les fêtes de fin d’année à Windsor, désormais sa résidence principale, après avoir renoncé à se rendre comme elle le fait d’habitude à Sandringham, dans l’est de l’Angleterre, en raison de la résurgence de la COVID-19 au Royaume-Uni due au variant Omicron.

PHOTO VICTORIA JONES, REUTERS

La reine Élisabeth II a enregistré sa traditionnelle allocution à Windsor, le 23 décembre.

La souveraine, pour son premier Noël depuis la mort de son époux Philip en avril à 99 ans, a été rejointe samedi par plusieurs membres de la famille comme ses fils Charles et Edward et les épouses de ces derniers.

Les tentatives d’intrusion à Windsor comme au palais de Buckingham, résidence de la reine au cœur de Londres, ne sont pas exceptionnelles.  

La plus spectaculaire remonte à 1982, à Buckingham, quand un trentenaire, Michael Fagan, avait réussi à se frayer un chemin jusqu’à la chambre à coucher de la reine, qui se trouvait au lit.