(Londres) Le Royaume-Uni connaît actuellement une flambée de grippe aviaire sans précédent, a indiqué jeudi le gouvernement britannique, une situation qui a entraîné l’abattage massif d’oiseaux et volailles.

Publié le 9 déc. 2021
Agence France-Presse

« Tous les ans, le Royaume-Uni fait face à un risque saisonnier d’incursion d’influenza aviaire, liée à des oiseaux sauvages migrateurs », a déclaré le ministre de l’Environnement, George Eustice, au Parlement.

« Cette année, nous observons la plus grande flambée jamais vue », a-t-il ajouté, son ministère faisant état de 40 cas confirmés à travers le pays.  

Selon la vétérinaire en chef britannique, Christine Middlemiss, environ 500 000 oiseaux ont été abattus à ce jour en raison de cette maladie virale propagée par des oiseaux migrateurs provenant du nord de la Russie et de l’est de l’Europe.

« Cela semble énorme, et bien sûr c’est vraiment dévastateur pour les propriétaires affectés », a-t-elle déclaré sur la BBC. Mais en matière d’approvisionnement alimentaire, « c’est en fait un nombre assez petit pour ce qui concerne la fourniture d’œufs, de viande, de poulet, etc. », a-t-elle ajouté à l’approche de Noël, saison faste pour les producteurs de volailles.

Soulignant que la saison migratoire s’étendait jusqu’en mars, Mme Middlemiss a ajouté qu’il allait falloir maintenir des « niveaux de biosécurité renforcés pour toute cette période ».

Une zone de protection a été décrétée début novembre dans le pays, puis étendue à la fin du mois, obligeant à garder enfermés les volailles et oiseaux captifs ainsi que des opérations de nettoyage et de désinfection renforcées.  

Les risques pour la santé humaine et la sécurité alimentaire sont considérés comme minimes par les autorités sanitaires.  

La France est également touchée et dénombre plusieurs foyers de grippe aviaire, en élevage ou en faune sauvage.