(Londres) Boris Johnson et son épouse Carrie ont annoncé jeudi la naissance d’une petite fille, deuxième enfant du couple, lors d’une semaine politique particulièrement houleuse pour le premier ministre britannique.

Mis à jour le 9 déc. 2021
Agence France-Presse

« Le premier ministre et Mme Johnson sont ravis d’annoncer la naissance d’une petite fille en bonne santé dans un hôpital de Londres plus tôt dans la journée », a annoncé jeudi une porte-parole du couple.

« La mère et la fille se portent très bien », a-t-elle ajouté, « le couple tient à remercier la brillante équipe de la maternité pour tous ses soins et son soutien ».

Carrie Symonds, 33 ans, désormais Mme Johnson, est déjà la maman avec le premier ministre britannique d’un petit garçon, Wilfred Lawrie Nicholas Johnson, né fin avril 2020.

C’est le 7e enfant pour Boris Johnson, 57 ans,  qui en avait eu quatre avec sa première épouse, ainsi qu’une fille née d’une liaison.  

Le porte-parole de M. Johnson a indiqué qu’il allait « prendre un peu de temps avec sa famille » pour accueillir ce bébé, mais qu’il continuerait à diriger le gouvernement vu la « période particulièrement difficile pour le pays ».  

« Il est évident que, comme toujours, il devra trouver un équilibre avec ses responsabilités de premier ministre et de dirigeant », a-t-il ajouté.

Cette naissance arrive comme une parenthèse joyeuse au sein d’une semaine très compliquée pour le premier ministre.

Depuis plusieurs jours, les révélations s’accumulent dans les journaux sur des fêtes qui auraient eu lieu notamment à Downing Street en novembre et décembre l’an dernier en plein confinement, alors que les Britanniques étaient privés de la possibilité de voir des proches ou de fêter Noël à cause des restrictions liées à la pandémie.

Ridiculisé par la presse et vilipendé au sein même de son parti, M. Johnson voit sa crédibilité remise en cause au moment où il instaure de nouvelles restrictions contre le variant Omicron. A cela s’ajoute encore un rappel à l’ordre jeudi au sujet de la coûteuse rénovation de son logement à Downing Street, financée par un don privé.