(Londres) Un troisième cas du variant Omicron du coronavirus a été détecté dimanche au Royaume-Uni, alors que les nouvelles mesures destinées à réduire sa propagation entreront en vigueur mardi.  

Mis à jour le 28 nov. 2021
Agence France-Presse

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a indiqué que ce troisième cas avait été détecté chez une personne qui s’était rendue à Londres, mais qui avait depuis quitté le pays.  

Deux autres cas, « liés (entre eux) et à un voyage en Afrique australe », avaient déjà été confirmés samedi par les autorités sanitaires, dans la ville de Nottingham (centre de l’Angleterre) et de Chelmsford (est de Londres).  

Devant les interrogations suscitées par cette nouvelle souche jugée « préoccupante » par l’OMS, le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé samedi lors d’une conférence de presse toute une série de mesures pour endiguer sa propagation, dans un des pays les plus durement touchés par la COVID-19, avec 144 500 décès.

PHOTO HOLLIE ADAMS, ASSOCIATED PRESS

Le premier ministre britannique, Boris Johnson

Porter un masque dans les transports et les magasins redeviendra ainsi obligatoire à partir de mardi, a indiqué dimanche matin le ministre de la Santé Sajid Javid, estimant que revenir ainsi aux masques « de manière proportionnée » constitue « le bon niveau de réponse ».  

Le durcissement des mesures d’entrée au Royaume-Uni annoncé la veille devrait aussi entrer en vigueur mardi selon le site du gouvernement, qui indiquait dimanche que « les tests antigéniques ne seront plus acceptés à partir de 4 h mardi 30 novembre 2021 ». « Tous les voyageurs arrivant au Royaume-Uni » après cette date « devront faire un test PCR » à la place et désormais s’isoler jusqu’aux résultats, est-il précisé.  

Interrogé sur l’entrée en vigueur de cette mesure, Sajid Javid n’a pas confirmé la date de mardi. Il a en revanche indiqué que Londres était en discussion avec les gouvernements décentralisés écossais, gallois et nord-irlandais – chaque nation britannique décidant indépendamment de sa politique sanitaire – afin de statuer « le plus vite possible ».

Mesures « édulcorées »

Au début de la pandémie, le gouvernement britannique a été très critiqué pour avoir tardé à durcir les restrictions sur les voyages et gardé ses frontières ouvertes alors que les taux d’infection montaient en flèche. Il a cette fois décidé d’agir dès l’annonce du nouveau variant puis de cas liés au variant Omicron sur son sol.

De nombreuses voix se sont cependant élevées pour affirmer qu’il n’allait pas assez loin compte tenu de la gravité de la situation.  

« C’est une honte que nous n’allions pas plus loin », a affirmé sur Times radio le professeur Lawrence Young, de l’Université de Warwick, qui dénonce une « version édulcorée » des mesures qui auraient dû être prises. Le chercheur estime « dommage » que le gouvernement ne mette pas en place un passeport vaccinal ou conseille aux gens de télétravailler.  

L’opposition travailliste a elle déploré que le gouvernement n’exige pas des voyageurs un test négatif en amont de leur déplacement au Royaume-Uni. « Nous voulons désespérément les voir renforcer les restrictions de voyage », a affirmé sur Sky news la députée travailliste Lisa Nandy, pour qui « il existe de larges trous dans les défenses » mises en place par les conservateurs.  

Outre les nouvelles mesures annoncées par Boris Johnson, Londres avait déjà placé sur « liste rouge » vendredi et samedi un total dix pays (Afrique du sud, Namibie, Lesotho, Eswatini, Zimbabwe, Botswana, Malawi, Mozambique, Zambie et Angola), n’autorisant donc à partir de dimanche que les résidents britanniques à en revenir.

La compagnie aérienne British Airways a elle annoncé dimanche avoir pris la « difficile décision » de suspendre ses vols vers Hong Kong, après qu’un membre d’équipage a été testé positif à la COVID-19, alors qu’il était négatif en quittant le Royaume-Uni.