(Paris) Emmanuel Macron et Marine le Pen arrivent en tête des intentions de vote des Françaises au premier tour de la présidentielle, mais elles voteraient moins pour Éric Zemmour que les hommes. Elles sont inquiètes pour leurs droits si le polémiste est élu président, indique un sondage paru jeudi dans le magazine Elle.

Agence France-Presse

Si le premier tour se déroulait dimanche, les Françaises voteraient pour le président Emmanuel Macron à 25 %, pour Marine Le Pen (extrême droite) à 20 %, pour Xavier Bertrand (droite) à 14 %, pour Éric Zemmour (extrême droite) à 12 %, pour Jean-Luc Mélenchon (extrême gauche) à 8 % et pour la socialiste Anne Hidalgo et le Vert Yannick Jadot à 7 % chacun, selon ce sondage réalisé du 20 au 22 octobre par l'Institut français d'opinion publique (IFOP).

Les hommes préfèrent Zemmour à Le Pen

En comparaison, les hommes placeraient Éric Zemmour devant la cheffe du parti d'extrême droite Rassemblement national, Marine le Pen, en votant à 25 % pour Emmanuel Macron, 17 % pour Éric Zemmour, 16 % pour Marine Le Pen comme pour Xavier Bertrand, 8 % pour Mélenchon et 5 % pour Hidalgo comme pour Jadot et 3 % pour Fabien Roussel.  

Cet écart de 5 points sur le vote Zemmour reflète le fait que 66 % des Françaises se disent inquiètes pour les droits des femmes et la lutte contre le sexisme si Éric Zemmour était élu président.  

Elles sont aussi 47 % à s’inquiéter à ce sujet en cas d’élection de Jean-Luc Mélenchon et 41 % dans l’hypothèse Marine Le Pen.

Macron n'inquiète pas les femmes

En revanche cette proportion tombe à un taux situé entre 31 % à 33 % en cas d’élection de Michel Barnier, Yannick Jadot, Emmanuel Macron ou Xavier Bertrand. Les deux candidates qui suscitent le moins d’inquiétudes dans ce domaine sont Anne Hidalgo (27 %) et Valérie Pécresse (23 %).

Par rapport au 1er tour de 2017, le vote pour l’extrême droite (Marine Le Pen, incluant désormais Éric Zemmour) et la droite souverainiste (Nicolas Dupont-Aignan), a nettement progressé chez les femmes, passant d’un quart (27 %) à un tiers des voix (34 %), comme dans l’ensemble du corps électoral.  

Globalement, seules 55 % des femmes françaises se disent intéressées à ce stade par la présidentielle contre 69 % des hommes français, un écart habituel.  

« Madame la présidente ? » Pourquoi pas ?

L’idée d’une femme présidente semble rentrée dans les mœurs : 80 % des femmes comme 81 % des hommes disent qu’ils feraient « plutôt confiance à une candidate pour être présidente », un score qui dépasse même celui de la confiance accordée à un candidat homme.  

Enquête par questionnaire autoadministré en ligne, auprès de 1030 femmes, extrait d’un échantillon national représentatif de 2002 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.