(Istanbul) Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui vient de renoncer à l’expulsion de dix ambassadeurs occidentaux, dont celui des États-Unis, a dit mercredi qu’il espère rencontrer le président américain Joe Biden la semaine prochaine à Glasgow.

Agence France-Presse

Les relations sont tendues entre les deux chefs d’État, notamment en raison de l’acquisition par Ankara d’un système de défense russe malgré son appartenance à l’Alliance atlantique.

« Il semble que nous nous rencontrerons à Glasgow plutôt qu’à Rome », a déclaré M. Erdogan à la presse turque, à bord de l’avion qui le ramenait d’Azerbaïdjan.

Le président turc s’apprête à rejoindre deux rendez-vous internationaux majeurs en fin de semaine, le sommet des 20 pays les plus industrialisés (G20) qui s’ouvre samedi à Rome, puis la conférence des Nations unies sur le changement climatique à partir de dimanche à Glasgow en Écosse (Royaume-Uni).

« L’emploi du temps à Rome et celui à Glasgow semble avoir changé », a-t-il justifié alors qu’il escomptait une rencontre bilatérale avec le chef de la Maison-Blanche en marge du G20.

Les deux dirigeants s’étaient vus en juin lors du sommet annuel de l’OTAN. En revanche, M. Biden n’avait pas reçu M. Erdogan comme celui-ci l’espérait en septembre, lors de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

M. Erdogan a renoncé in extremis lundi à expulser dix ambassadeurs occidentaux dont il avait ordonné le départ-États-Unis, Canada, France, Finlande, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège et Suède.

Les dix diplomates s’étaient mobilisés le 18 octobre en faveur du mécène et homme d’affaires Osman Kavala, emprisonné depuis quatre ans sans jugement, réclamant un « règlement juste et rapide » de  cette affaire.

Une initiative « indécente » et « une énorme insulte », selon le chef de l’État turc.

M. Erdogan avait renoncé après un communiqué de l’ambassade américaine, repris par les autres protagonistes, assurant qu’ils respectaient les termes de la Convention de Vienne qui encadre les relations diplomatiques et interdit toute ingérence dans les affaires intérieures des pays hôtes.

« Le premier communiqué est venu des États-Unis. L’affaire est close », a-t-il confirmé mercredi.

Pour les observateurs, il s’agissait surtout avec ce mouvement d’humeur de « faire diversion », la Turquie étant en proie à une grave crise économique, avec un taux d’inflation frôlant les 20 % et une monnaie en chute de 25 % depuis le début de l’année face au dollar.

Ankara est en froid avec Washington sur la question des missiles russes S-400,  mais aussi celle des contrats d’avions de chasse américains F-35 payés par la Turquie (1,4 milliard de dollars US) et non livrés.

M. Erdogan espère en compensation la livraison de pièces pour des chasseurs F-16.