(Amsterdam) Deux suspects comparaissaient lundi pour la première fois devant un tribunal d’Amsterdam pour le meurtre en juillet du journaliste spécialisé dans les affaires criminelles le plus connu aux Pays-Bas, abattu par balle en plein jour dans une rue de la capitale.

Agence France-Presse

Delano G., 21 ans, est accusé d’avoir tiré sur le journaliste, Peter R. de Vries, alors que celui-ci sortait d’un studio de télévision après avoir été invité dans une émission.

Kamil E., 35 ans, est suspecté d’avoir conduit la voiture de fuite et d’avoir en amont effectué une opération de reconnaissance des lieux.

Arrêtés moins d’une heure après les faits à bord d’une voiture près de La Haye, tous deux restent en détention, a décidé lundi le tribunal d’Amsterdam.

Le meurtre de Peter R. de Vries, qui était conseiller et confident du principal témoin à charge dans un important procès contre un baron de la drogue, a choqué les Pays-Bas et suscité des condamnations dans toute l’Europe.

Kamil E., ressortissant polonais, a plaidé lundi son innocence lors d’une audience préliminaire. Le procès sur le fond devrait s’ouvrir au printemps 2022.

« Je n’ai tué personne, je ne savais rien du meurtre et je n’ai vu aucune arme », a déclaré Kamil E., ajoutant que deux hommes, qu’il ne connaissait pas, lui avaient donné les clés de la voiture, et qu’il avait eu comme instruction de transporter quelqu’un à Amsterdam, sans savoir pourquoi.

Delano G. a fait valoir son droit au silence.

« Nous pensons avoir suffisamment de preuves contre les deux suspects pour prouver leur implication dans le meurtre de Peter R. de Vries », a déclaré auprès de l’AFP Justine Asbroek, porte-parole du ministère public.

« Nous avons des images de caméras de vidéosurveillance de l’incident, nous avons trouvé de l’ADN sur l’arme du crime, qui a été trouvée dans la voiture dans laquelle se trouvaient les suspects au moment de leur arrestation, et des résidus de tir ont également été trouvés sur les mains des deux suspects », a-t-elle ajouté.

L’accusation a également déclaré avoir des déclarations de témoins et des relevés téléphoniques à charge.

Le journaliste, qui s’est d’abord fait connaître pour son travail sur l’enlèvement en 1983 du millionnaire Freddy Heineken, est décédé à l’hôpital neuf jours après la fusillade.

Il s’est ensuite fait connaître pour son implication dans plusieurs affaires criminelles. Depuis l’année dernière, il était le conseiller et confident d’un témoin à charge, le repenti Nabil B., dans le procès de Ridouan Taghi, qualifié, avant son arrestation en 2019 à Dubaï, de criminel le plus recherché des Pays-Bas notamment pour une importante affaire de drogue. Taghi, qui fait face à des accusations de meurtre, était, selon l’accusation, à la tête d’un réseau comparable à une machine à tuer.

Le frère et l’avocat de Nabil B. ont tous deux été abattus depuis que celui-ci s’est repenti.  

« Nous pensons qu’il (Peter R. de Vries) a été tué à cause de l’un de ces rôles, ou, du moins, à cause de son travail », a indiqué Mme Asbroek, notant une « tendance selon laquelle tous ceux qui peuvent être liés au procès (contre M. Taghi) semblent devoir le payer de leur vie ».