(Paris) L’ex-premier ministre Edouard Philippe a annoncé dimanche qu’il apporterait un soutien « complet » au président Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2022.

Agence France-Presse

« Mon soutien sera complet au président de la République en 2022 », a affirmé le maire du Havre dans l’émission 7 à 8 de TF1, invoquant plusieurs raisons dont la « loyauté » et la nécessité d’« accentuer » les réformes lancées depuis 2017.

« Je veux dire les choses le plus clairement possible pour l’élection présidentielle de 2022, […] je pense, j’espère qu’il sera candidat et je le soutiendrai pour trois raisons », a précisé celui qui est resté un peu plus de trois ans à Matignon, du 15 mai 2017 au 3 juillet 2020.

Pour justifier son soutien, outre « la loyauté et la cohérence », il a mis en avant le fait qu’« Emmanuel Macron est fait d’un métal dont je ne vois pas beaucoup la trace dans tous ceux qui sont candidats aujourd’hui à l’élection présidentielle ».

Évoquant « la philosophie qui était celle du président de la République en 2017, de réformes, de dépassements, d’audaces, de transformation », l’ancien chef du gouvernement a estimé enfin « que c’étaient des réformes qui allaient dans le bon sens et qu’il faut accentuer, reprendre à bien des égards, si on veut raffermir la puissance de notre pays ».

Edouard Philippe a aussi souligné qu’en 2022, Emmanuel Macron « aura besoin de s’appuyer sur une nouvelle majorité » et que lui-même « veut participer à la constitution de cette nouvelle offre politique » qui lui paraît « indispensable ».

Une quarantaine de maires de droite modérée et du centre s’étaient réunis le 29 août à Fontainebleau (Seine-et-Marne) en présence d’Edouard Philippe, promettant de se structurer pour « peser » davantage politiquement à l’approche de la présidentielle de 2022, et dessinant un espace politique penchant à droite et soutenant Emmanuel Macron.

Concernant son avenir personnel, il précise qu’il « ne demande pas une place », car « j’ai été premier ministre, j’ai aimé ça, tout va bien, ce n’est pas le sujet », et que « parler de 2027, c’est à la fois déplacé et absurde ».

« Est-ce qu’un jour j’aurai l’occasion de servir mon pays dans la politique nationale, peut-être, si c’est le cas, j’en serai heureux, et une chose que je sais, c’est que quand on veut servir son pays, il n’est pas inutile de s’y préparer intellectuellement, politiquement », a-t-il cependant ajouté.

Les propos de l’ancien chef du gouvernement ont été immédiatement salués dans la majorité : « Clair, net et sans bavure, avec clarté, fermeté et élégance », a apprécié le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand sur Twitter.

« Le soutien clair et fort d’Edouard Philippe est celui d’un homme libre qui a loyalement servi son pays pendant trois ans à Matignon », a abondé le patron de LREM Stanislas Guerini.

Plusieurs ministres qui avaient servi sous ses ordres, comme Marc Fesneau ou Olivier Dussopt, y sont également allés de leur compliment, jugeant ce soutien sans surprise, mais « précieux pour notre pays ».