(Londres) Seules 15 personnes sur les 60 000 qui ont participé à des rassemblements de masse sans distanciation ni masque au Royaume-Uni dans le cadre d’essais pilotes ont été déclarées positives au coronavirus, a annoncé vendredi le ministère britannique de la Santé.

Agence France-Presse

Afin de pouvoir de nouveau autoriser cet été les évènements de masse devant la baisse des contaminations, le gouvernement de Boris Johnson avait permis la tenue en mai de neuf grands évènements avec des mesures anti-COVID-19 allégées.

Trois matchs de soccer au Wembley Stadium (21 000 personnes), la cérémonie des Brit Awards à l’O2 Arena (4000 personnes), la finale de la coupe du monde de billard et plusieurs évènements à Liverpool — dont un party rave de 3000 personnes ainsi qu’un festival de musique — avaient pris part à ces essais pilotes.  

PHOTO JASON CAIRNDUFF, ARCHIVES REUTERS

Un festival de musique à Liverpool, le 2 mai dernier

Tous les participants devaient avoir été déclarés négatifs à la COVID-19 dans les 24 heures précédant les évènements, dont certains ne demandaient ni masque ni distanciation sociale.  

Après la soirée, ils ont aussi dû réaliser chez eux un test PCR. Seules 15 personnes sur les 60 000 participants se sont finalement retrouvées avec un test positif à la COVID-19.

Un tel résultat correspond au taux de contamination que l’on trouve dans l’ensemble de la population britannique, qui est de 22 personnes sur 100 000, selon les dernières données délivrées par les autorités sanitaires.

« Ces projets pilotes ont été scientifiquement conçus et contrôlés afin de réduire le risque de transmission pour les participants », a commenté le ministère de la Santé, ajoutant « travailler en étroite collaboration » avec le système britannique de traçage « pour s’assurer que tout le monde soit retrouvé après un test positif ».

Pays le plus meurtri d’Europe par la pandémie de coronavirus avec près de 128 000 morts, le Royaume-Uni a vu sa situation sanitaire nettement s’améliorer après un strict confinement durant l’hiver et une campagne de vaccination menée tambour battant.

L’Angleterre voit apparaître les « signes précurseurs d’une augmentation potentielle » des contaminations, même si le taux reste « bas », selon l’Office national des statistiques (ONS), qui estime à une sur 1110 le nombre de personnes atteintes la semaine dernière, dans son dernier bulletin publié vendredi.

Depuis la nouvelle levée de mesures restrictives lundi, les lieux culturels et stades d’Angleterre peuvent accueillir jusqu’à 1000 spectateurs en intérieur, et jusqu’à 4000 à l’air libre, mais toujours dans le respect des règles sanitaires.  

Le gouvernement a promis de lever les dernières mesures restrictives le 21 juin, sous réserve que l’épidémie reste sous contrôle. Mais la progression du variant dit indien, plus contagieux, inquiète toutefois les autorités, risquant de repousser cette réouverture totale.