(Stockholm) La Suède a dépassé jeudi les 10 000 morts depuis le début de l’épidémie, ont déclaré les autorités sanitaires, après un nouveau record de 351 décès annoncés pour les dernières 24 heures.

Agence France-Presse

Ces nouveaux décès annoncés par l’Agence de santé publique portent le bilan total de la pandémie à 10 185 morts dans ce royaume de 10,3 millions d’habitants, qui a mené une stratégie moins coercitive qu’ailleurs en Europe.

La Suède est actuellement l’un des pays les plus touchés du Vieux continent et a franchi la semaine dernière son pic de décès du printemps, selon les données officielles compilées par l’AFP.

Jeudi, ce pays a atteint un nouveau record absolu de 132 morts quotidiennes en moyenne sur les sept derniers jours, d’après les données compilées par l’AFP.

« Nous prévoyons malheureusement la poursuite de l’augmentation car nous avons une propagation étendue de la contamination dans le pays », a déclaré Karin Tegmark Wisell, de l’Agence suédoise de la santé publique, pendant une conférence de presse.

Les autorités précisent que les décès annoncés quotidiennement ne se sont pas produits dans les dernières 24 heures mais remontent pour la plupart à plusieurs jours.

Au total, le nombre des cas recensés depuis le début de l’épidémie a atteint 518 783, soit environ 6500 de plus en 24H, selon le dernier pointage jeudi.

« Il semble que nous ayons atteint un plateau (des cas), nous ne voyons pas d’accélération, mais il y a encore un grand nombre de cas signalés en Suède », a affirmé Karin Tegmark Wisell.

Contrairement aux dispositifs imposés ailleurs en Europe, le royaume nordique a jusque-là mené une stratégie différente basée principalement sur des recommandations, sans confinement et quasiment sans mesures coercitives.

Quant au masque, il n’a longtemps été recommandé nulle part dans l’espace public. Depuis le 7 janvier, il est officiellement recommandé dans les transports publics, mais seulement aux heures de pointe.

Si la stratégie reste moins stricte que dans de nombreux pays, le royaume a serré la vis depuis novembre, avec plusieurs séries de mesures restreignant notamment les tablées dans les restaurants ou basculant l’enseignement à distance dans les lycées.

Face à la forte seconde vague dans le royaume nordique, le Parlement a également voté la semaine dernière une loi dotant temporairement le gouvernement de nouveaux pouvoirs contre l’épidémie, permettant notamment de fermer les commerces pour la première fois.