(Moscou) Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mercredi d’entamer dès la semaine prochaine la vaccination contre le coronavirus de toutes les catégories de population, affirmant que le vaccin conçu par son pays était le « meilleur ».

Agence France-Presse

« Je demande de lancer une vaccination de masse de toute la population à partir de la semaine prochaine », a-t-il déclaré au cours d’une réunion du gouvernement russe par visioconférence.

Personnel de la santé et enseignants déjà vaccinés

En décembre, la Russie avait déjà commencé sa campagne de vaccination à destination des populations jugées prioritaires, notamment le personnel médical et scolaire.

Les catégories autorisées à recevoir le vaccin russe Spoutnik V ont ensuite été progressivement élargies.

Après avoir été la première dans le monde à enregistrer en août un vaccin contre le coronavirus, malgré des critiques internationales face à une annonce jugée prématurée, la Russie cherche désormais à devancer d’autres pays par la cadence de ses vaccinations pour immuniser ses 146 millions d’habitants.

Selon le Fonds souverain russe (RDIF), qui a financé la mise au point de ce produit, plus d’un million de personnes en Russie se sont fait vacciner à ce jour.

Baptisé « Spoutnik V » en hommage au premier satellite envoyé dans l’espace par l’URSS en 1957, le vaccin est efficace à plus de 90 %, selon ses concepteurs.

« Le vaccin russe —c’est tout à fait évident et la pratique le confirme —, je pense que c’est le meilleur du monde », a lâché mercredi M. Poutine, saluant notamment ses conditions de stockage et de transport qui « ne requièrent pas des conditions extrêmes ».

« C’est beaucoup plus simple et plus efficace » que ses équivalents occidentaux, a-t-il affirmé.

Le vaccin russe se conserve au frigo

Spoutnik V, que la Russie envisage de largement exporter si elle trouve des capacités de production, peut être conservé à des températures variant entre +2 et +8 °C.

Plusieurs autres vaccins, notamment ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, exigent effectivement une conservation à des températures extrêmement basses, mais un autre leader des commandes au niveau mondial, le vaccin AstraZeneca/Oxford, a les mêmes conditions de stockage que le vaccin russe.

Spoutnik V (comme le vaccin AstraZeneca) est un vaccin en deux injections à « vecteur viral ».

M. Poutine a demandé mercredi que les « infrastructures appropriées soient prêtes » pour augmenter la production du vaccin.

Pour sa part, la vice-première ministre russe, Tatiana Golikova, chargée de la santé, a affirmé que tout était « prêt » pour se lancer dans une vaccination massive à partir de lundi, assurant que plus de deux millions de doses devaient être disponibles d’ici à fin janvier.

Certains experts restent cependant sceptiques, considérant que la Russie n’a pas pour l’heure la capacité de produire massivement un tel vaccin.

« On ne peut pas produire un vaccin en trois ou quatre jours », explique à l’AFP le généticien Kirill Volkov, basé à Saint-Pétersbourg, soulignant que des vaccins comme Spoutnik V à base d’adénovirus n’ont jamais été produits en masse en Russie ou ailleurs dans le monde.

La Russie, qui a officiellement enregistré à ce jour plus de 3,47 millions de cas de coronavirus, est confrontée à une deuxième vague,  très meurtrière, de COVID-19, mais les autorités refusent pour l’instant tout nouveau confinement d’ampleur nationale.