(Bruxelles) Londres et Bruxelles ont poursuivi mardi leur partie de ping pong, s’appelant mutuellement à faire un pas l’un vers l’autre pour débloquer les négociations commerciales post-Brexit, plus enlisées que jamais.

Agence France-Presse

Les Vingt-sept ne vont pas changer « d’approche », comme le réclame Londres, mais restent « prêts » à négocier si le Royaume-Uni l’est aussi, a averti de son côté le secrétaire d’État français chargé des Affaires européennes Clément Beaune.

Le négociateur européen sur le Brexit, Michel Barnier, s’est entretenu dans l’après-midi avec son homologue britannique, David Frost, pour tenter de débloquer la situation.

« Mon message : nous devrions tirer le meilleur parti du peu de temps qu’il nous reste. Notre porte reste ouverte », a-t-il tweeté à l’issue de ce coup de fil.

Downing Street a parallèlement fait savoir que la discussion avait été « constructive », mais que « la situation » restait « la même qu’hier ».

Les deux responsables sont cependant convenus de rester en contact, selon des sources proches des discussions.

Ils s’étaient déjà parlé lundi : Michel Barnier avait alors affirmé que l’UE restait « disponible pour intensifier » les discussions, pour la première fois « sur la base de textes juridiques ».

Mais Downing Street s’était limité à prendre « note » de cette proposition, réclamant un « changement fondamental d’approche de l’UE ».

« Nous n’aurons pas de nouvelle approche », a répliqué Clément Beaune à l’Assemblée nationale.

« Nos priorités sont claires. Elles n’ont pas de raison de changer. Elles ont été communiquées de manière transparente, en toute bonne foi à nos partenaires de négociation », a-t-il souligné.

« À eux de nous dire maintenant, au-delà de la tactique, s’ils veulent continuer à négocier. Nous y sommes prêts », a-t-il ajouté.

Concrètement, les Britanniques disent vouloir l’assurance que les Européens sont eux aussi prêts à faire des concessions pour voir la discussion aboutir… ce que ces derniers ne cessent pourtant de répéter depuis jeudi dernier.

« Nous avons demandé au Royaume-Uni de rester ouvert aux compromis […]. Bien entendu, cela signifie également que nous devons accepter des compromis », avait ainsi affirmé la chancelière allemande Angela Merkel.

Déjà difficiles, les discussions post-Brexit se sont envenimées jeudi quand les 27, réunis en sommet, ont exigé des concessions de Londres pour arriver à un accord de libre-échange à temps pour l’appliquer l’année prochaine, quand les règles européennes cesseront de concerner le Royaume-Uni.

Boris Johnson a alors déclaré les pourparlers « terminés » et demandé aux Britanniques de se préparer à un « no deal », une perspective potentiellement dévastatrice pour des économies déjà ébranlées par la pandémie de COVID-19.

Lors d’un échange mardi avec le premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis M. Johnson a « réaffirmé que l’UE a effectivement mis fin à ces négociations en déclarant qu’elle ne voulait pas changer sa position », selon un porte-parole britannique.

Le temps presse pour arriver à un compromis, les Européens estimant un accord nécessaire avant la fin octobre pour être transposé et adopté d’ici à la fin de l’année.

À défaut d’accord de libre-échange, le gouvernement britannique assure qu’il se satisferait d’un « no deal » au 1er janvier, impliquant le rétablissement de quotas et droits de douanes entre les 27 et Londres.  

Les discussions butent toujours sur trois sujets : l’accès pour les Européens aux poissonneuses eaux britanniques, les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence, et la manière de régler les différends dans le futur accord.