(Saint-Ouen, France) Jean Castex a promis lundi « d’autres actions et mesures » pour lutter contre « l’islamisme radical » après l’assassinat sauvage d’un enseignant, affirmant que « la peur et l’obscurantisme ne l’emporteront jamais ».

Agence France-Presse

« Dès ce matin (lundi, NDLR), des opérations policières importantes ciblant des individus radicalisés ont été diligentées », a rappelé le premier ministre, qui intervenait au congrès des présidents de région à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

« D’autres actions et mesures vont suivre : sur la lutte contre la haine en ligne, sur les associations ennemies de la République, sur le renseignement et la surveillance de ces réseaux et individus qui s’en prennent aux fondements de nos valeurs et du pacte républicain », a-t-il poursuivi, sans toutefois détailler.

M. Castex a notamment annoncé que la question « de la sécurité des enseignants et des personnels dans les établissements d’enseignement » sera abordée mardi matin lors d’une réunion entre l’État et les collectivités territoriales à Paris.

Lundi, des opérations policières ont visé « des dizaines d’individus » évoluant dans la mouvance islamiste et se poursuivront dans les prochains jours, a affirmé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en ajoutant que des associations seraient aussi dissoutes.

Ces décisions interviennent après l’attaque contre Samuel Paty, un enseignant dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, décapité par un Russe tchétchène de 18 ans.

« La mort par décapitation d’un professeur d’histoire-géographie, assassiné pour le contenu d’un de ses cours, est un acte barbare un acte contre la vie, un acte contre la République », a souligné M. Castex qui a dit vouloir lutter « avec une énergie sans faille contre l’islamisme radical ».

« La peur et l’obscurantisme ne l’emporteront jamais », a-t-il insisté.