(Washington) Les États-Unis ont jugé vendredi « inacceptable » la proposition du président russe Vladimir Poutine de prolonger d’un an « sans conditions » le traité bilatéral de désarmement nucléaire New Start.

Agence France-Presse

« Les États-Unis ont proposé une prolongation de New Start pour un an en échange d’un gel du nombre d’ogives nucléaires des États-Unis et de la Russie pendant ce temps », a déclaré sur Twitter le conseiller de Donald Trump pour la sécurité nationale, Robert O’Brien.

« Cela aurait été une victoire pour les deux camps, et nous pensions que les Russes étaient prêts à accepter cette proposition quand j’ai rencontré mon homologue à Genève. La réponse du président russe aujourd’hui visant à prolonger New Start sans gel des ogives nucléaires est inacceptable », a-t-il ajouté.

« Les États-Unis veulent sérieusement un contrôle des armements qui garantisse la sécurité du monde entier. Nous espérons que la Russie reviendra sur sa position avant une course aux armements coûteuse », a conclu le conseiller du président américain.

PHOTO ALEXEI DRUZHININ, SPUTNIK/AFP

Vladimir Poutine a participé à une réunion virtuelle de son Conseil de Sécurité.

Ce dernier grand accord bilatéral régissant une partie des arsenaux des deux adversaires géopolitiques, conclu en 2010, expire début 2021.

Il maintient les arsenaux des deux pays bien en deçà de leur niveau de la Guerre froide, limitant à 700 le nombre de lanceurs nucléaires stratégiques déployés et à 1550 le nombre de têtes nucléaires.

Négocié à l’époque des présidents Barack Obama et Dmitri Medvedev, sa disparition laisse craindre la résurgence d’une course aux armements et de voir encore la relation entre les deux géants se déliter dans un secteur hautement sensible.

Depuis des mois, Washington et Moscou négocient âprement pour trouver un terrain d’entente.