(Athènes) La procureure de la Cour pénale d’Athènes a requis une peine de 13 ans de prison mardi à l’encontre des dirigeants du parti néonazi Aube dorée, reconnus coupables la semaine dernière de « direction d’organisation criminelle ».

Agence France-Presse

La Cour composée de trois juges prononcera les peines mercredi midi, a annoncé sa présidente Maria Lepenioti en fin de journée.

La procureure Adamantia Economou a réclamé une peine de 13 ans de prison à l’encontre du chef d’Aube dorée Nikos Michaloliakos, négationniste et admirateur du national-socialisme, ainsi que contre six autres cadres du parti néonazi, dont l’eurodéputé Ioannis Lagos.

Elle a requis des peines de cinq à sept ans de prison pour 11 autres députés du parti, dont l’épouse de Nikos Michaloliakos.

Les avocats d’Aube dorée ont fait savoir mardi qu’ils demanderaient un report du prononcé des peines.

Lundi, la Cour pénale d’Athènes avait rejeté toutes les  circonstances atténuantes susceptibles d’alléger les peines de prison encourues par les dirigeants du parti néonazi.

Le recours d’Ioannis Lagos, qui avait réclamé le remplacement des trois juges de la cour pénale dont il estime le verdict de culpabilité « partial », a également été rejeté lundi soir.

M. Lagos a affirmé que les juges « réclament le sang des […] gens innocents et de leurs familles », annonçant qu’il prévoyait de faire appel devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Le procès d’Aube dorée est considéré comme l’un des plus importants de l’histoire politique de la Grèce.

Après cinq ans et demi d’audiences, la cour avait unanimement qualifié la semaine dernière le parti paramilitaire d’« organisation criminelle », un verdict qualifié d’« historique » par la présidente de la République et toute une frange de la classe politique grecque.

Elle a établi la culpabilité d’Aube dorée dans plusieurs crimes, en particulier le meurtre en 2013 du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, celui du Pakistanais Sahzat Luckman, également en 2013, ainsi que l’agression de pêcheurs égyptiens en 2012 et de syndicalistes communistes en 2013.

La procureure a requis la perpétuité pour l’assassin de Fyssas, un ancien chauffeur routier.  

Huit ans de prison ont été requis contre d’autres membres du parti qui l’ont aidé à tendre une embuscade au rappeur la nuit de son assassinat.

Le chef et fondateur du parti paramilitaire Nikos Michaloliakos avait rejeté sa condamnation la semaine dernière sur Twitter. « Nous avons été condamnés sur nos idées », avait-il déclaré.

Son compte Twitter a par la suite été suspendu.

Le procès fleuve a entraîné progressivement le déclin d’Aube dorée, troisième force politique en 2015, qui n’a obtenu aucun siège au Parlement aux dernières législatives de juillet 2019.