(Berlin) L’Allemagne prendra de nouvelles mesures restrictives si le nombre des contaminations par la COVID-19, en forte hausse, ne se stabilise pas dans les 10 jours, a annoncé vendredi Angela Merkel.

Agence France-Presse

« Ce sont les jours et les semaines à venir qui vont décider de la position de l’Allemagne face à cette pandémie cet hiver », a prévenu la chancelière allemande au cours d’une conférence de presse, rappelant l’importance du port du masque, du respect des distances sociales et de « la ventilation des pièces ».

Mme Merkel s’est entretenue vendredi avec les maires des 11 plus grandes villes de son pays, dans un contexte de forte hausse du nombre des infections, avec plus de 4000 nouveaux cas officiellement recensés chaque jour, un chiffre record depuis début avril.  

« Nous voyons tous que les grandes villes, les aires urbaines, sont les lieux où nous verrons si nous parvenons à garder la pandémie sous contrôle en Allemagne, comme nous l’avons fait depuis des mois, ou si nous perdons le contrôle », a expliqué la chancelière.

« Nous savons grâce aux mesures déjà prises, ou grâce à ce que Munich a fait, qu’il faut une dizaine de jours pour voir si l’incidence baisse », a-t-elle ajouté.

PHOTO AXEL SCHMIDT, AGENCE FRANCE-PRESSE

La chancelière Angela Merkel

Si l’augmentation ne s’arrête pas dans les 10 jours et si le traçage des personnes infectées devient impossible, « d’autres mesures de restriction ciblées sont inévitables », a prévenu la dirigeante allemande.

« Notre objectif doit être de maintenir les infections dans une seule zone, où chaque infection peut être suivie, où les gens peuvent être avertis et où il est possible de briser à nouveau les chaînes d’infection », a détaillé la chancelière.

« Les choses se sont bien passé cet été, à présent, nous voyons un autre tableau inquiétant », a-t-elle jugé, insistant sur la nécessité de « d’appliquer et de s’assurer du respect » des mesures déjà prises, comme la limitation des rassemblements privés.

La chancelière a insisté sur la nécessité de maintenir la libre circulation en Europe, à la différence du printemps qui avait vu une fermeture généralisée des frontières.

Face à l’évolution inquiétante des contaminations, plusieurs grandes villes allemandes, comme Berlin et le centre financier Francfort, ont imposé un couvre-feu pour le secteur de la gastronomie, et une restriction des contacts sociaux.

Dans la capitale allemande, à partir de samedi et au moins jusqu’au 31 octobre, la plupart des magasins ainsi que tous les restaurants et bars devront ainsi fermer de 23 heures à 6 heures du matin.  

L’Allemagne n’a jusqu’ici, même au plus haut de la pandémie, jamais effectué de confinement strict contrairement à plusieurs de ses voisins européens.