(Istanbul) La Turquie a condamné samedi la publication par un journal grec, Demokratia, d’une manchette invitant, en turc, le président Recep Tayyip Erdogan à « aller se faire foutre », et appelé les autorités grecques à traduire en justice les responsables.

Agence France-Presse

« Le gouvernement turc condamne de la manière la plus ferme la publication d’insultes visant notre président […] en première page d’un journal d’extrême droite », a déclaré le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, dans une lettre au porte-parole du gouvernement grec, Stelios Petsas, rendue publique samedi.

Il a appelé les autorités grecques à traduire en justice les responsable de cet acte « éhonté ».

Le ministère grec des Affaires étrangères a fait valoir que la liberté d’expression était protégée dans l’Union européenne dont la Grèce est un pays membre, tout en soulignant que « le recours à des insultes est contraire à la culture politique de notre pays et ne peut qu’être condamné ».

Vendredi, le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de Grèce à Ankara après cette publication. Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, avait dénoncé le « vil titre à l’encontre du président Erdogan » publié par le journal grec.

Cet incident intervient sur fond de tensions entre la Turquie et la Grèce au sujet de la Méditerranée orientale, aggravées fin août lorsque les deux pays ont effectué des manœuvres militaires rivales.

Cette crise est née de l’envoi par Ankara d’un navire de prospection sismique dans des zones revendiquées par la Grèce et supposées être riches en réserves gazières. Ce navire est finalement rentré au port.

Mais la mission d’un autre navire turc de prospection, le Barbaros Hayrettin Pasa, a été prolongée au large des côtes chypriotes jusqu’au 18 ocotbre, a rapporté vendredi le système d’alerte maritime NAVTEX. Un bateau de forage restera également dans la zone jusqu’au 12 octobre.  

M. Erdogan s’était dit vendredi prêt à rencontrer le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s’il voyait des signes de « bonne volonté » de sa part dans ce dossier.

La crise est au programme d’un sommet européen les 24 et 25 septembre à Bruxelles.