(Paris) Plusieurs centaines de « gilets jaunes » ont défilé samedi à Paris malgré les recommandations du gouvernement qui a proscrit les rassemblements de plus de 100 personnes et appelé à reporter les manifestations pour freiner la propagation du coronavirus.

Agence France-Presse

L’après-midi, les forces de l’ordre avaient procédé à 34 interpellations près des heurts vers le boulevard Arago dans le sud de la capitale, ainsi que sur des « cortèges sauvages », a tweeté la préfecture de police de Paris.

Des « incendies ont été déclenchés » sur le parcours de la manifestation, selon la préfecture.

« Ceux qui ne respectent pas les policiers ne montrent pas davantage de respect pour les règles et les consignes de bon sens face à l’épidémie du coronavirus », a déclaré à l’AFP Fréderic Lagache, délégué général du syndicat policier Alliance.

« On savait qu’ils n’avaient aucun respect de la loi, ils démontrent par la même qu’il n’ont aucun civisme, ni sens des responsabilités en pouvant mettre en danger la collectivité », a-t-il ajouté.

Vendredi, deux figures du mouvement, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, avaient pourtant appelé à « la responsabilité » face à la crise sanitaire et invité à renoncer à cette manifestation, qui a été déclarée en préfecture.

Le gouvernement a, lui, décidé de ne pas interdire les manifestations, mais invite à les « reporter » systématiquement, avait précisé vendredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Comme chaque week-end, la préfecture de police a pris un arrêté interdisant aux personnes se revendiquant des « gilets jaunes » de manifester dans un périmètre comprenant les institutions, mais aussi notamment les Champs-Élysées et le quartier des grands magasins.

Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé vendredi que le gouvernement abaissait à 100 personnes la taille autorisée des rassemblements en France, au lieu de 1000 précédemment, pour « freiner » la progression du coronavirus.