Le problème des abus sexuels du clergé « continuera » malgré l'organisation fin février au Vatican d'une réunion mondiale sur « la protection des mineurs », qui suscite des attentes « surdimensionnées » alors qu'il s'agit d'un « problème humain qui est partout », a déclaré lundi le pape François.

Mis à jour le 28 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

Lors de la conférence de presse dans l'avion qui le ramenait de Panama, le pape a estimé que l'attente suscitée par cette réunion était « surdimensionnée ».

« Il faut redimensionner cette attente, parce que, je le dis, le problème des abus continuera », a-t-il dit, tout en élargissant le phénomène à l'ensemble de la société car « c'est un problème humain qui est partout ».

« Il faut résoudre le problème dans l'Église mais en résolvant le problème dans l'Église par une prise de conscience, nous contribuerons à le résoudre dans la société, dans les familles, où la honte fait que l'on couvre tout », a-t-il noté.

La réunion des présidents des conférences épiscopales du monde entier convoqués fin février par le pape ambitionne d'élaborer « des protocoles pour aller de l'avant », une sorte de « catéchèse » sur le thème, car « parfois les évêques ne savent pas quoi faire », a-t-il spécifié.  

Ils devront aussi « prendre conscience du drame », a-t-il insisté, car « la souffrance est terrible ».

« Et puis, on priera, il y aura des témoignages, pour aider à prendre conscience, il y aura quelques liturgies pénitentielles, pour demander pardon pour toute l'Église », a décrit le pape.