(Jérusalem) Israël a déploré mercredi un «incident antisémite» après que des habitants d’un village polonais ont brûlé la semaine dernière une effigie de Judas, mais s’est félicité de la réaction des autorités polonaises.

Agence France-Presse

Des médias polonais ont diffusé des photos et des vidéos montrant des habitants de Pruchnik, dont des enfants, frappant à coups de bâton vendredi un mannequin représentant Judas, le visage encadré de papillotes et avec un nez crochu.  

Ils ont ensuite décapité le mannequin avant d’y mettre le feu et de le jeter dans une rivière, ont rapporté ces médias.

«Nous déplorons l’incident antisémite dans le village de Pruchnik pendant la fête de Pâques, mais sommes réconfortés par la réaction ferme de l’église polonaise, des autorités et des hauts responsables du gouvernement polonais», a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministre polonais de l’Intérieur Joachim Brudzinski et l’Église polonaise ont condamné les actes commis à Pruchnik, alors que la police a indiqué dans un communiqué qu’elle allait «clarifier cet incident».

Connu sous le nom de «jugement de Judas», ce rituel pascal remonte au 18e siècle et a été pratiqué jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Il a depuis été abandonné, sauf dans quelques villages. Il n’était plus pratiqué à Pruchnik, selon le portail d’informations polonais oko.press.

Des inquiétudes se font jour sur un regain de l’antisémitisme en Pologne, pays qui a connu récemment de fortes tensions avec Israël.

Ulcéré par des propos du chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz, sur «l’antisémitisme que les Polonais tètent avec le lait de leur mère», Varsovie a boycotté en février un sommet prévu à Jérusalem de quatre pays d’Europe de l’Est.  

Une vague de commentaires violents et antisémites avait alors déferlé sur les réseaux sociaux.

L’an dernier, une crise a opposé les deux pays après l’adoption d’une loi polonaise controversée, finalement amendée, perçue en Israël et aux États-Unis comme une tentative implicite d’empêcher les survivants de l’Holocauste d’évoquer les crimes des Polonais à leur égard.

Le Congrès juif mondial a condamné dimanche l’incident de Pruchnik dans un communiqué.

Son vice-président, Robert Singer, a exprimé son «dégoût et (son) indignation devant cette nouvelle manifestation ouvertement antisémite».