(Stockholm) De nombreux incendies dus à la sécheresse et aux températures élevées pour la saison en Suède et en Norvège ravivaient mercredi les craintes d’un nouvel été de cendres en Scandinavie.

Agence France-Presse

Les incendies de forêt et de prés avaient ravagé l’an dernier en Suède près de 25 000 hectares, après un printemps exceptionnellement sec et le mois de juillet le plus chaud depuis au moins deux siècles et demi. Ils n’avaient pas fait de victimes.

Depuis quelques jours les feux ont repris dans le pays, en majorité dans le Sud, et l’Agence suédoise de la protection civile (MSB) a indiqué qu’elle recensait 10 foyers actifs «préoccupants».

Les départs de feu sont vraisemblablement dus à des activités humaines, provoqués par des engins forestiers ou des barbecues, selon les autorités.

Le ministre de l’Intérieur Mikael Damberg a estimé sur sa page Facebook que la Suède était «mieux préparée» qu’en 2018.

Les services publics de lutte contre les incendies ont notamment passé un accord avec des sociétés privées permettant de mobiliser dans les plus brefs délais une trentaine d’hélicoptères convertibles en bombardiers d’eau.

La Fédération des pompiers estime qu’il manque néanmoins 2800 hommes pour la période estivale.

Huit hélicoptères étaient affectés mercredi à la lutte contre les incendies, dont tous étaient «sous contrôle», a assuré Marcus Arskog, porte-parole de MSB, à l’agence TT.

Le feu le plus virulent s’étendait sur quelque 300 hectares près de la ville de Hässelholm (sud), où 49 personnes ont dû quitter leur habitation.

En l’absence de précipitations et avec des températures toujours élevées pour la saison - plus de 20 °C localement - «les prochains jours n’augurent rien de bon», a prévenu Anneli Bergholm Söder, responsables des opérations de MSB, durant une conférence de presse.

Un temps plus humide est toutefois attendu pour le week-end.

En Norvège, plusieurs centaines d’hectares de forêt ont aussi brûlé mardi et mercredi à cause de la sécheresse.

Les autorités locales ont annoncé mercredi matin avoir largement maîtrisé l’incendie le plus menaçant qui a parcouru quelque 700 hectares dans la commune de Sokndal, obligeant à l’évacuation temporaire de 148 habitations.

Aucun blessé n’est à déplorer.

Quelque 150 pompiers et six hélicoptères ont été mobilisés. Le site reste sous vigilance étroite, les pompiers redoutant que le vent ne ravive les flammes.

La ministre norvégienne de la Sécurité publique, Ingvil Smines Tybring-Gjedde, a aussi assuré à la chaîne TV2 avoir «tiré les enseignements» des incendies de l’été 2018, encore dans les mémoires.