L'Allemagne, le Portugal, la France et l'Espagne se sont mis d'accord pour se répartir les 58 migrants secourus à bord du navire humanitaire Aquarius qui, après les avoir débarqués à Malte, pourra se rendre à Marseille, ont annoncé mardi les services du premier ministre français.

Mis à jour le 25 sept. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

En vertu de cet accord, la France accueillera 18 de ces migrants, l'Allemagne et l'Espagne 15 chacune et le Portugal 10 comme déjà annoncé par Lisbonne, a précisé une source gouvernementale française à l'AFP.

« De nouveau, une solution européenne a été trouvée, humaine et efficace, elle respecte deux principes essentiels de responsabilité et de solidarité : le débarquement dans un port sûr proche et une prise en charge solidaire des personnes à bord », s'est félicité le premier ministre, Édouard Philippe, dans un communiqué.

« La France a une nouvelle fois pris ses responsabilités. Depuis le mois de juin, la France a été au coeur de chaque solution européenne pour trouver une réponse responsable et solidaire à ces situations d'urgence », poursuit-il, alors que son gouvernement a été critiqué, notamment à gauche, pour ne pas avoir autorisé le débarquement des migrants à Marseille, port du sud-est de la France.

Le premier ministre français a également salué « l'engagement humanitaire » du gouvernement de Malte, où doivent débarquer les 58 migrants, dont 17 femmes et plusieurs enfants en bas âge.

L'OFPRA, l'agence française pour les réfugiés, « sera dès demain (mercredi) sur place à Malte », précisent les services du premier ministre. « Le navire Aquarius, qui n'a plus de pavillon, se rendra ensuite à Marseille ».

En juin déjà, l'Aquarius avait été au coeur d'une crise diplomatique, après avoir récupéré 630 migrants au large de la Libye, débarqués en Espagne après le refus de l'Italie et de Malte de les accepter.