Source ID:; App Source:

Melania Trump et Philip May détendus malgré la polémique

Philip May et Melania Trump ont été encouragés à... (photo Luca Bruno, Agence france-presse)

Agrandir

Philip May et Melania Trump ont été encouragés à une partie de boules par une dizaine d'écoliers qui agitaient des drapeaux américains et britanniques.

photo Luca Bruno, Agence france-presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
londres

Melania Trump et Philip May, les conjoints du président américain et de la première ministre britannique, ont affiché un visage serein vendredi matin à Londres, malgré la tempête déclenchée par les nouveaux propos explosifs de Donald Trump.

Philip May a accueilli en milieu de matinée Melania Trump au Royal Hospital Chelsea, qui loge des vétérans de l'armée britannique depuis le XVIIe siècle.

Environ 300 anciens soldats vivent actuellement dans ces bâtiments situés dans le quartier chic de Chelsea, au bord de la Tamise.

Ensemble, ils ont participé à une partie de boules sous un grand soleil, Melania Trump tentant à plusieurs reprises sa chance malgré ses talons aiguilles. Elle a été encouragée par une dizaine d'écoliers qui agitaient des drapeaux américains et britanniques et a tapé dans la main d'un soldat retraité pendant la partie.

Auparavant, la première dame des États-Unis avait aidé ces élèves de l'école primaire St. George à confectionner des coquelicots artificiels, fleur associée au souvenir des combattants morts au front pendant la Première Guerre mondiale.

Elle les avait aussi écoutés poser des questions à des vétérans, en tenue rouge écarlate, et s'exprimer sur le thème : « être le meilleur possible ».

Après une heure de visite, Philip May a raccompagné, tout sourire, son invitée à sa voiture. Ni l'un ni l'autre n'a fait de déclarations, et ils ont soigneusement évité les questions des journalistes sur la visite officielle du président américain.

Ce dernier a jeté un pavé dans la mare jeudi et provoqué l'indignation de la classe politique en critiquant la position de Theresa May sur le Brexit. Il a aussi estimé que l'ex-ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson ferait « un grand premier ministre », quelques jours seulement après sa démission du gouvernement, en désaccord avec la cheffe du gouvernement.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer