De toute évidence, le président russe n'a pas fini d'en découdre avec les Pussy Riot.

Publié le 16 juill. 2013
ASSOCIATED PRESS

Près d'un an après s'être retrouvées derrière les barreaux pour avoir imploré publiquement la Vierge Marie de protéger leur nation contre Vladimir Poutine, les musiciennes de ce groupe punk controversé ont lancé, mardi, une vidéo dans laquelle elles n'ont pas changé de cible.

Elles y apparaissent vêtues de masques de ski et de minijupes au sommet d'une plate-forme pétrolière.

Elles ont opté pour ce décor car elles veulent comparer le chef d'État à un ayatollah iranien.

***

Elles en profitent également pour écorcher le grand patron de la géante pétrolière Rosneft, Igor Setchine, qu'elles taxent d'être un «reptile homophobe».

Les Pussy Riot soutiennent que la vidéo se veut un instrument pour dénoncer la propension de Vladimir Poutine à répartir la richesse nationale entre ses proches.

Le président russe et le magnat de l'énergie sont des collaborateurs de longue date. Dès les années 1990, les deux hommes travaillaient de concert à la mairie de Saint-Pétersbourg.