Source ID:; App Source:

La reine de Suède poursuit quatre journaux

La reine de Suède Silvia (à droite), photographiée... (PHOTO JANERIK HENRIKSSON, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La reine de Suède Silvia (à droite), photographiée ici en compagnie de la duchesse de Cornwall Camillia, à Stockholm, le 23 mars dernier.

PHOTO JANERIK HENRIKSSON, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Stockholm

La reine de Suède, Silvia, a porté plainte contre quatre journaux qui ont publié en octobre un collage photographique satirique où elle tente d'effacer une croix gammée sur le sol, a annoncé mercredi la Cour.

 

 

«Nous confirmons que la reine a déposé une plainte auprès du Comité d'opinion de la presse», instance professionnelle qui juge en appel les conflits avec les médias, a dit à l'AFP une porte-parole de la Cour, Annika Sönnerberg.

«Nous ne ferons pas d'autres commentaires tant que le Comité ne se sera pas exprimé», a-t-elle ajouté.

Mme Sönnerberg a indiqué ignorer quand le Comité rendrait sa décision publique.

Selon la presse, la souveraine a été déboutée par l'ombudsman de la presse, l'autorité à saisir en première instance.

Sur le montage photographique incriminé, le roi Carl XVI Gustaf est debout, les mains croisées, avec à ses côtés, des hommes assis qui mangent une énorme pizza posée sur le corps nu d'une chanteuse, Camilla Henemark, qui fut, selon une biographie non autorisée, la maîtresse du monarque dans les années 1990. Agenouillée, la reine Silvia, armée d'une brosse, essaie d'effacer une croix gammée sur le parquet.

Quatre journaux, les deux tabloïds Aftonbladet et Expressen, le quotidien régional Sydsvenskan et le magazine du parti social-démocrate Tiden, qui avaient publié une reproduction de cette représentation controversée, sont visés.

Le rédacteur en chef de l'Expressen, Thomas Mattson, a publié sur son blogue une photographie de la plainte, dans laquelle la souveraine dénonce «des accusations particulièrement graves» qui constituent «une atteinte à son honneur».

En 2010, la reine Silvia, très appréciée de ses sujets, avait pour la première fois évoqué l'adhésion au parti nazi (NSDAP) de son père allemand, simple «civil», selon elle.

Contacté par l'AFP, l'ombudsman de la presse, Ola Sigvardsson, a refusé de confirmer qu'il avait débouté la reine. «Les plaintes sont confidentielles pendant toute la procédure afin de protéger le plaignant», a-t-il expliqué.

Il a indiqué qu'il n'avait jamais eu l'occasion de faire état d'une plainte de la reine, ce qui laisse entendre que ce serait la première fois qu'elle lance une procédure contre des médias.

La Suède, qui se présente comme un champion de la liberté d'expression, a aboli le crime de lèse-majesté.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer